La faculté de Gestion, Economie et Sciences (FGES), nouveau projet facultaire de l'université catholique de Lille rassemblera désormais plusieurs établissements.

La Faculté de Sciences Economiques & Gestion La Faculté de Sciences Economiques & Gestion
La Faculté de Sciences Economiques & Gestion
(FSEG). - © www.fges.fr

Ils ont décidé de s'unir. La Faculté de Sciences Economiques & Gestion (FSEG), l'Institut Supérieur d'Expertise et d'Audit (ISEA), la Faculté des Sciences & Technologies (FST) et le Centre de Recherche de l'Université sur les territoires, l'habitat, les politiques sociales et le développement durable (CRESGE) vont se mobiliser autour d'un projet commun : la faculté de Gestion, Economie et Sciences (FGES).

Un triple enjeu

L'objectif de ce projet est triple. Ce rassemblement va permettre de « fédérer les compétences de ces établissements pour optimiser les cycles de formation », explique le communiqué. En proposant un cursus de formation multi-compétences « innovant et encore plus professionnalisant », le but de l'établissement est également de « renforcer l'offre en master ».

Pour finir, la FGES souhaite « développer un réseau plus large en favorisant davantage de collaborations entre étudiants, entreprises, conférenciers, enseignants et chercheurs. »

La création des 'masters du RIZOMM'

« L'entrepreneuriat, la professionnalisation, l'innovation, l'ouverture sur le monde » seront les axes pédagogiques de la FGES. A cette occasion, 'les masters du RIZOMM' ont été créés. « Notre nouvelle faculté est riche de sept masters, qui forment à cinq grandes catégories de métiers : le management, les finances, le e-commerce, l'informatique et l'écologie, déclare Benoît Bourel, directeur des masters du Rizomm, sur le site de la FGES.

Nous créons donc un environnement novateur dans lequel, en mettant en œuvre des projets transverses aux masters, les étudiants sont entraînés aux processus de co-élaboration, de créativité, mais aussi de confrontation et de débats, en partenariat fort avec des entreprises », conclut-il.