Ils s'appellent Florine, Jordan, Saloua, Clémence... Il y a quelques jours, ils avaient pour point commun d'avoir obtenu le bac avec une mention très bien et des moyennes supérieures à 16 sur 20. Ils ont désormais un autre point commun : ils ont décidé de s'élever et de contester la décision du ministère de l'Enseignement supérieur de supprimer la bourse au mérite. Orientations a décidé de leur donner la parole.|Suite à la décision du ministère de l'Enseignement supérieur de supprimer la bourse au mérite, un vent de contestation s'est très rapidement fait ressentir. Orientations a ainsi décidé de donner la parole à plusieurs bacheliers ayant obtenu le bac avec une mention "très bien", mais qui ne pourront finalement percevoir la bourse au mérite sur laquelle ils comptaient tant...

C'est désormais officiel : les bourses au mérite pour les nouveaux bacheliers vont être supprimées. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a confirmé cette décision, quelques jours après la divulgation des résultats du baccalauréat 2013, mettant en avant la volonté de "créer plus de bourses sur critères sociaux" pour expliquer cette décision.

Mais, avant même l'officialisation de cette décision, un vent de contestation s'est fait très rapidement ressentir. Un groupe Facebook, baptisé "Touche pas à ma bourse, je la mérite", a tout d'abord été créé par une jeune bachelière, Florine Lachèvre, et comptait 235 membres en moins de 24 h. Plusieurs pétitions ont été lancées, intitulées "Contre la suppression de la Bourse au mérite pour les bacheliers", "Contre la suppression de la bourse au mérite des bacheliers TB 2013" ou "Pétition Pour la conservation des bourses au mérite". Des mails ont également été envoyés, au président de la République comme à des députés, et une véritable mobilisation est en train de se mettre en place. Orientations a de ce fait décidé de donner la parole à de jeunes bacheliers, ayant obtenu la mention "très bien" au baccalauréat, et qui ne vont finalement pas bénéficier de la bourse au mérite...

Florine Lachèvre, 17 ans, a obtenu un bac S (16,02 de moyenne)

Créatrice du groupe Facebook "Touche pas à ma bourse, je la mérite" sur Facebook, qui compte plus de 240 membre, Florine est issue du lycée privé Sainte-Catherine de Sienne (Aix-en-Provence). Elle vient d'obtenir le bac avec mention très bien, mais se montre pour autant très déçue, ayant vécu comme une "injustice" l'annonce de la suppression de la bourse au mérite. "J'étais dégoutée, j'ai pleuré. Je me suis dit que c'était totalement injuste pour nous qui visions justement l'excellence, et qui comptions sur cette bourse au mérite pour nos études supérieures !" Florine a donc décidé de créer ce groupe pour que tous ceux qui veulent puissent interagir. "J'essaie de partager un maximum de publications sur ce groupe", dit-elle d'un ton motivé. "J'espère par la suite contacter des députés ou même le président de la République, François Hollande, afin que l'on soit entendus !"

"Ma famille va devoir se restreindre"

Florine prévoit de poursuivre ses études dans une prépa scientifique MPSI (Mathématiques, Physique et Sciences de l'Ingénieur). "J'aurai un moins bon matériel pour réussir mes études", déplore-t-elle. "J'avais déjà pris un appartement pour la rentrée prochaine car je prévoyais cette bourse dans mon budget. Finalement, c'est ma mère qui devra débourser 200 euros de plus tous les mois pour m'aider, et ma famille va donc devoir se restreindre encore un peu plus pour me permettre de continuer mes études..." Concernant l'explication donnée par le ministère de l'Enseignement supérieur de vouloir élargir le nombre de boursiers, Florine pense qu'on aurait dû les prévenir avant le bac, et non pas juste après la divulgation des premiers résultats. "Cela ne signifie nullement que j'aurais moins travaillé, mais j'avais cet objectif en tête. Son nom l'indique bien : cette bourse était faite pour les élèves méritants... C'est vraiment injuste !"

Jordan Bardella, 17 ans, a obtenu un bac ES (16,2 de moyenne)

Créateur d'une pétition pour la conservation de la bourse au mérite, Jordan est un tout récent bachelier du lycée Jean-Baptiste de la Salle (Saint-Denis). Engagé politiquement, il compte bien se battre jusqu'au bout pour que la décision du gouvernement soit révisée. "Je trouve cette décision pitoyable !", lance-t-il. "Surtout que je l'ai appris après les résultats du bac ! Je me rends compte que même ceux qui sont véritablement nécessiteux de cette bourse ne sont pas épargnés. Moi, j'habite dans un HLM et cette bourse me donnait le sentiment d'être considéré à égalité vis-à-vis des plus aisés..." Jordan, qui envisage des études à l'université, s'inquiète notamment pour ceux qui avaient postulé dans des écoles prestigieuses, souvent plus chères. "Cette bourse je comptais l'utiliser pour payer les transports, les sorties et pour mes parents. C'est un vrai choc que d'apprendre cette nouvelle." Si rien ne change, Jordan se voit d'ores et déjà obliger de travailler pour financer ses études.

"Je trouve cela un peu petit"

Ces bourses au mérite qui seront redéployées sur critères sociaux, Jordan l'interprète comme une dévalorisation de l'excellence. "Ca peut partir d'une bonne initiative au vue de l'objectif annoncé par le gouvernement d'augmenter le nombre de boursiers sur critères sociaux mais, selon moi, cette bourse au mérite incarnait les valeurs de la méritocratie française. Le fait de la supprimer et, de surcroit, via une simple circulaire, je trouve vraiment cela un peu petit", s'indigne le bachelier. Il aurait notamment été préférable, selon lui, que la décision soit débattue au niveau politique. Jordan doit néanmoins rencontrer le député socialiste Mathieu Anotin, afin de se rapprocher du gouvernement et ainsi faire entendre les protestations.

Clémence Fontaine, 18 ans, a obtenu un bac S (18,26 de moyenne)

Clémence Fontaine est une jeune bachelière du Lycée La Malassine (Longuenesse) qui a du mal à se remettre de la décision du ministère de l'Enseignement supérieur. "Quand j'ai appris cette décision de la suppression de la bourse au mérite, je suis tombée de très haut. J'ai pleuré, je l'avoue, des pleurs de désespoir. Cette bourse était une véritable chance pour commencer mes études sans avoir peur de ne pas pouvoir aller jusqu'au bout, par manque d'argent. Désormais, la situation se renverse..." Après l'obtention du bac avec mention très bien, cette jeune femme brillante et battante souhaiter s'orienter vers des études de médecine, pour devenir médecin urgentiste, tout en s'engageant dans des actions humanitaires. "Les études de médecine sont longues et coûteuses, et je comptais énormément sur cette bourse du mérite. 180 euros par mois en plus, c'était assez pour remplir mon frigo... Seulement, si cette bourse vient effectivement à disparaître, je ne sais pas comment je vais m'en sortir !"

"J'ai l'impression qu'on se moque un peu de nous"

Pour y remédier, Clémence envisage d'ores et déjà la possibilité de travailler en parallèle de ses études. "J'ai une solution, qui risque de me mener à l'échec sur le long terme... Trouver un petit boulot à côté des cours me permettrait de payer mes études. Par contre, en médecine, il est fortement déconseillé d'avoir un travail à côté... déjà que les études sont dures en temps normal, alors je n'ose même pas imaginer en travaillant à côté !" Certainement l'une des raisons pour laquelle la jeune étudiante ne compte pas baisser les bras. D'autant qu'elle trouve "cette décision totalement injuste et prise en catimini : pendant les grandes vacances pour éviter les remous. J'ai l'impression qu'on se moque un peu de nous. Nous avons travaillé toute l'année très dur pour décrocher la fameuse mention et obtenir cette bourse, très utile pour financer nos études supérieures et, cette décision est annoncée quelques jours après les résultats... C'est vraiment irrespectueux !"

Saloua Abdou Elaniou, 17 ans, a obtenu un L section européenne (17,27 de moyenne)

Jusqu'au dernier moment, Saloua ne pensait pas obtenir la mention très bien au baccalauréat. "A la découverte des résultats, j'étais heureuse, non seulement parce que j'avais eu le bac avec mention très bien, mais aussi parce que je savais que ma famille serait soulagée financièrement et que je pourrais appréhender ma vie d'étudiante avec plus de sérénité...", se souvient-elle. Mais cette élève du lycée Jay de Beaufort (Périgueux) n'a guère eu le temps d'apprécier la bonne nouvelle. "Quelle ne fut pas ma surprise quand j'ai appris que le gouvernement comptait supprimer cette bourse au mérite. Je ne peux être qu'indignée face à cette décision arbitraire et totalement injuste. Tout cela pour créer une société "égalitaire", où les chances seraient les mêmes pour tous... Or, supprimer une bourse de 1800 euros par mois aux élèves méritants, déjà boursiers, et dont la famille ne peut se permettre de financer des études est, selon moi, tout sauf égalitaire. C'est réduire les chances de rentrer dans les grandes écoles et d'y rester !"

"Je me sens trahie !"

Pour autant, Saloua a décidé de se diriger vers l'université. "Je me mets néanmoins à la place de ces élèves qui ont été admis dans les grandes écoles, et qui ne pourront certainement pas y aller... ceci est tout bonnement inadmissible !" La jeune femme se dit ainsi "révoltée face à cette décision, mais aussi complètement désemparée. Je ne me vois pas vivre sans cette bourse au mérite : j'ai vraiment du mal à l'imaginer, et je ne peux m'empêcher de culpabiliser à nouveau, puisque ce ne sera pas moi qui devra me serrer la ceinture, mais encore une fois ma famille... Cette bourse au mérite m'aurait permis de vivre plus sereinement, de financer mes études et surtout de me donner les chances de réussir... Je me sens trahie !"