Etudiant en troisième année du bachelor de KEDGE Business School, Jacques Bentzmann trouve intéressant de "comparer des formations entre elles" dans le cadre d'un classement, mais émet quelques réserves quant à la réalisation d'un palmarès des meilleurs bachelors.

Dans ton choix d'orientation qui t'a mené jusqu'au KEDGE Bachelor, est-ce que tu t'es aidé des classements étudiants ?

Jacques de Bentzmann, étudiant du BEM Bachelor de Bordeaux Management School Jacques de Bentzmann, étudiant du BEM Bachelor de Bordeaux Management School
Jacques de Bentzmann, étudiant
à Bordeaux Management School

"Lors de mon orientation au lycée, j'ai décidé de ne présenter qu'un seul bachelor, celui de Kedge Business School, et plusieurs écoles post-bac.

D'ailleurs, à l'époque, on m'avait dit que ce bachelor figurait parmi les meilleurs français... Mais, je ne me suis guère fié aux différents classements existants.

Pour autant, je trouve intéressant de comparer des formations entre elles. Mais il est vrai que le diplôme bachelor n'est pas suffisamment connu, selon moi, pour faire l'objet d'un palmarès."

Est-ce qu'un classement des meilleurs bachelors ne permet pas justement de faire connaître voire de promouvoir une formation, qui demeure en effet relativement méconnue notamment des recruteurs ?

"J'ai plutôt tendance à vouloir me différencier dans mon parcours. Le bachelor est ainsi une très bonne alternative, que ce soit à la classe prépa, au BTS ou au DUT. De ce fait, je ne tiens pas forcément que tout le monde soit au courant qu'il s'agit d'une bonne formation.

Car il est vrai qu'un classement permet de faire connaître une formation. Mais, parfois, les places se jouent au centième de point près. En cela, je doute un peu de la crédibilité de certains classements. Pour autant, les institutions réalisant ces classements doivent plus ou moins se baser sur les mêmes critères, les classements doivent donc être plutôt fiables."

D'ailleurs, en parlant de critères, ceux actuellement utilisés sont-ils, à ton avis, suffisamment pertinents ?

"Lorsque j'ai décidé de m'orienter vers un bachelor, on m'a dit que cette formation permettait de travailler juste après. Et ce, alors que beaucoup d'étudiants comme moi se servent de ce cursus comme d'un tremplin... A défaut de critères nouveaux, il serait intéressant de faire un comparatif des bachelors relatif à la poursuite d'études et à l'insertion professionnelle."