Les étudiants français sont nombreux à franchir la Manche pour poursuivre leurs études au Royaume-Uni. Cette forte affluence rend la concurrence très rude et oblige les établissements britanniques à revoir leurs critères de sélection à la hausse.

Les frenchies envahissent la Grande-Bretagne

Lettre de recommandation d'un professeur, derniers diplômes obtenus avec précision des mentions et bien évidemment les résultats aux indispensables tests de cours d'anglais comme le TOEFL, le TOEIC ou encore l'IELTS, tels sont les éléments demandés dans le dossier de candidature à envoyer aux établissements. Les conditions à remplir pour intégrer les universités britanniques sont de plus en plus dures, encore pour ceux qui visent les prestigieuses Oxford, Cambridge ou encore la London School of Economics.

Under ou postgraduate ?

Les étudiants sont de plus en plus nombreux à s'inscrire sans passer par le système Erasmus (Plus de 70% des candidats en 2008).

Ceux qui veulent tenter leur chance en solo pour un programme undergraduate (de bac à bac+3/4) devront obligatoirement passer par la case Universities and Colleges Admissions Services (UCAS). Il s'agit de l'équivalent de notre site admission post bac qui centralise toutes les inscriptions, sauf qu'ici le délai est encore plus court car la date limite d'inscription est fixée au 15 janvier pour une rentrée l'année suivante.

Les diplômes undergraduate se divisent en trois catégories : le Bachelor's degree of arts, principalement orienté vers les lettres et l'histoire, le Bachelor's degree of sciences et enfin le droit avec le Bachelor of Laws.

Les étudiants qui souhaitent passer un diplôme postgraduate (après bac+3/4) devront passer directement par les universités pour s'inscrire et voir les dispositions à prendre, différentes selon chacune. Contrairement à la France, la plupart des Master's degree (diplôme postgraduate) s'acquiert en un an uniquement après le Bachelor.

Quelle université choisir ?

Oxford et Cambridge constituent sans conteste l'élite des universités britanniques, suivies de l'Impérial College, célèbre pour sa formation en sciences et ingénierie, et de l'University College London.

Mais il existe de nombreux autres établissements de très bonne qualité où les places sont un peu moins disputées comme les universités d'Edimbourg, de Manchester ou de Bristol. La presse anglaise publie régulièrement des classements qui peuvent fournir une bonne indication.

La vie plus chère

Contrairement à la France, les frais de scolarité britannique sont très élevés et varient selon la réputation des établissements et le diplôme visé.

Heureusement, il est possible de décrocher une bourse auprès du gouvernement anglais ou auprès d'organismes privés. Ainsi, des entreprises du secteur privé ont créé le programme "Entente cordiale" pour les étudiants à bac+4. Par contre, seulement, 25 étudiants français et britanniques sont sélectionnés chaque année. Pour les ingénieurs, il existe également le "N°1 programme". Pour le reste, consultez le site du ministère de l'éducation britannique.

Il ne faut pas oublier de prendre en compte le niveau de vie anglais plus élevé qu'en France, surtout dans la capitale. Il existe de nombreux moyens de se faire un peu d'argent avec de petits boulots comme serveurs, vendeurs ou encore livreurs. Cela permet de s'intégrer plus encore dans la vraie vie britannique et d'améliorer d'autant plus son anglais.

Pour aller plus loin

Pour plus d'informations, consultez l'article "Partir étudier en Angleterre, découvrir le monde anglo-saxon" de notre partenaire "Étudions à l'étranger".