Chaque année, de plus en plus de français se lancent à l'assaut du Canada. Pour cause, les nombreux atouts que ce pays présente tant au niveau des études que de la qualité de vie. 

Première impression : le gigantisme. D'une superficie de 9 975 000 km², son territoire est plus vaste que la Chine ! Les paysages sont d'une beauté à couper le souffle. Et les indicateurs économiques au beau fixe avec un taux de chômage de moins de 7 %. 

Quelques spécificités

La langue

Si l'histoire de nos deux pays est liée depuis la découverte du Québec par Jacques Cartier, parmi les 35 millions de Canadiens, "seulement" 7 millions ont pour langue maternelle le français. Il est ainsi fortement conseillé de bien maîtriser l'anglais.

Les universités, financées par le gouvernement national, demeurent une compétence des provinces.

La sélection

La sélection à l'entrée des universités, sur dossier, est particulièrement forte. Surtout dans les établissements les plus cotés que sont l'Université de Toronto, l'Université British Columbia (Okanogan et Vancouver), l'Université McGill située à Montréal ou encore l'Université McMaster (Ontario).

Les diplômes

Le système est proche de celui des pays anglosaxons avec le Bachelor en trois ou quatre ans, puis le master's degree et enfin le PhD (équivalent de notre doctorat).

Pour simplifier encore plus les choses, à l'instar du système LMD, l'enseignement canadien fonctionne sur un système de crédits qu'il faut engranger pour obtenir son diplôme. Le Bachelor demande entre 90 et 120 crédits, le Master 30 à 45 de plus et pour le PhD, cela varie selon les études choisies. Il n'existe pas d'équivalences officielles entre nos deux pays, mais il est possible de présenter un dossier de demande d'équivalence. En revanche, pour accéder aux études universitaires de 1er cycle, le bac suffit.

L'embarras du choix

Comme toujours, le plus facile et le moins onéreux consiste à partir dans le cadre d'un programme d'échanges. La convention CREPUQ, (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) qui associe 200 universités et grandes écoles françaises à une vingtaine d'établissements québécois, peut vous y aider. Pensez aussi à contacter le centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise (CCIFQ).

Les universités sont nombreuses, elles devraient bientôt franchir le cap de la centaine. La faculté de Montréal et ses deux écoles affiliées, École Polytechnique et HEC Montréal, forment le plus grand complexe universitaire du Québec.

Les Community Colleges accueillent eux les étudiants en quête d'une formation professionnelle pointue.

Les formalités administratives

Parmi les documents indispensables, un passeport en cours de validité. Si vous comptez résider plus de 6 mois, vous devrez aussi fournir un permis de séjour temporaire, un permis d'études délivré par l'ambassade et une copie de la lettre d'acceptation de l'école d'accueil. Si les démarches sont peu contraignantes, elles sont souvent longues. Préparez-vous plusieurs mois, voire un an, avant votre départ. Ce serait dommage de rater une telle opportunité à cause de la "paperasse".

Témoignage

Sylvain est un étudiant français en échange à HEC Montréal ("Des rapports plus directs avec les professeurs").

"Je voulais partir, découvrir une nouvelle culture, sans pour autant être totalement dépaysé. J'ai donc opté pour HEC Montréal, dont le campus se situe juste au-dessus de la ville. Si le fait de parler français m'a permis de rapidement m'intégrer, il est indispensable de parler anglais pour ne pas être limité. Ce qui m'a particulièrement marqué, c'est de voir arriver lors des cours des étudiants très décontractés, avec casquette sur la tête et nourriture dans le sac. Les rapports avec les professeurs sont également beaucoup plus directs. Ils nous donnent leur numéro de portable sans problème, et nous encouragent à les solliciter en permanence. Mais, en échange, ils nous fournissent énormément de documents à lire... Ça occupe bien pendant l'hiver canadien interminable !"

Le pays

Plébiscité chaque année par plus de 90 000 étudiants du monde entier, le Canada consacre une forte part de son budget à la qualité de son enseignement. Il existe 90 universités - mais pas de grandes écoles - réparties sur tout le pays.

Chacune est libre de choisir ses programmes et son mode de fonctionnement. Heureusement, elles délivrent - pour la plupart - les mêmes diplômes, qui sont en plus reconnus dans le monde entier !

Les études

La particularité des universités canadiennes concerne leur sélection sur dossier à l'entrée, qui est particulièrement difficile. Surtout dans les établissements les plus côtés, comme UBC (Université British Columbia), McGill ou Toronto. Sinon, le système est proche de celui des pays anglophones, avec le Bachelor en trois ou quatre ans, puis le master's degree et enfin le PhD, l'équivalent de notre doctorat français.

Pour aller plus loin

Pour plus d'informations, consultez l'article "Partir étudier au Canada" de notre partenaire "Étudions à l'étranger".