Orientations vous dévoile tous les pièges à éviter lors de l'écrit de français. Un moyen de réussir au mieux cette épreuve phare du baccalauréat.

L'épreuve anticipée de français comporte une à deux questions sur les textes et un travail d'écriture : dissertation ou encore sujet d'invention. Les lycéens doivent cependant veiller à contourner certains pièges.

Commencer par le sujet d'écriture

Il faut toujours commencer l'épreuve écrite de français par la question consacrée à l'ensemble de texte, « le corpus », car elle prépare justement au sujet d'écriture (dissertation, commentaire ou écriture d'invention), noté sur 16 points pour les séries générales et sur 14 points pour les séries technologiques.

Passer trop de temps sur la question de l'ensemble documentaire

Même si elle demeure indispensable, il n'en demeure pas moins que la question sur l'ensemble de textes ne compte que quatre points pour les séries générales, et six pour les séries technologiques.

Il n'est donc pas nécessaire de faire un commentaire littéraire, mais de travailler autour d'un thème, d'une manière d'écrire, en prenant en compte tous les documents. Le tout, en essayant d'être relativement rapide - pas plus d'une heure - pour se laisser le temps d'une bonne et indispensable relecture avant la fin de l'épreuve.

Ne pas aller à l'essentiel

La question de « corpus » ne doit pas dépasser une page et demie, grand maximum. Il est donc conseillé d'aller dans le vif du sujet. Pour ce faire, il faut repérer les éléments clés de chacun des documents proposés.

Laisser de côté un des documents du « corpus »

Parfois, sous prétexte d'une mauvaise compréhension d'un des textes ou documents, certains lycéens ont tendance à ne pas en parler, et à le mettre de côté... C'est une erreur à ne pas commettre car il est demandé d'évoquer tous les documents fournis.

Ne pas nommer les sources précises

Prenez garde à ne pas écrire « Dans le texte A », mais plutôt « Dans le texte de tel auteur ». De plus, les documents possèdent un nom, un titre et un auteur : il est donc impératif de les nommer précisément.

Ne pas citer les textes

Toujours autour de la question de corpus, vous devez nécessairement agrémenter votre réponse d'exemples et de citations émanant des textes proposés. De même, à l'inverse, veillez à ne pas citer « que » ces documents.

Faire apparaître votre plan sur votre copie

En ce qui concerne le commentaire, vous devez impérativement transformer vos titres présents sur votre brouillon en phrases d'accroche. Cela permet au correcteur de bien identifier les parties de votre plan.

Faire des remarques uniquement sur le sens

Le commentaire allie une étude conjointe de la forme (procédés, syntaxe...) et du fond (thèmes développés). Deux points qu'il est nécessaire d'aborder et de détailler.

Ne pas adopter le bon type de plan

Pour la dissertation, l'une des grosses difficultés est de choisir le bon type de plan. En fonction du sujet proposé, il faudra adopter un plan bien précis parmi les trois possibles :

  • dialectique (lorsqu'il s'agit d'analyser un sujet d'opinion via une construction thèse-antithèse-synthèse),
  • analytique (pour exposer un problème, analyser les causes et déterminer les conséquences ou les solutions),
  • ou comparatif (mener une comparaison, dresser les ressemblances et différences, et faire le bilan).

Ne pas cerner les caractéristiques du texte

Enfin, pour le sujet d'invention, il est nécessaire de bien cerner la couleur et les caractéristiques du texte à partir duquel vous devez travailler. Le sujet émane de l'un des textes de l'ensemble documentaire : vous devez en avoir compris la problématique, la tonalité pour pouvoir accéder à l'exercice demandé. Pour rappel : on peut vous demander de transposer, d'imiter, de prolonger ou encore de réécrire un texte.