Quel meilleur moyen de finir ses études qu’une expérience à l’étranger ? Semestre, trimestre ou même en stage, les bienfaits des échanges étudiants ne sont plus à démontrer. Pour cela, la référence en la matière reste depuis plus de 30 ans le célèbre Erasmus+.

Ouverts aux jeunes de 13 à 30 ans

En 2016 comme en 2017, plus de 40 000 étudiants français ont participé à Erasmus+, que ce soit pour suivre des études ou participer à un stage dans l’un des pays partenaires. Mais s’il est avant tout ouvert aux étudiants, de nombreux professionnels peuvent également en profiter (personnels enseignants, bénévoles et encadrants etc.). 

Chez les jeunes, Erasmus + s’adresse aux collégiens, lycéens, étudiants, apprentis, stagiaires et jeunes actifs. Seule condition : avoir en 13 et 30 ans.

33 pays partenaires

Aujourd’hui, Erasmus+ offre des partenariats entre plusieurs milliers d’établissements répartis dans les 28 pays membres de l’Union européenne, mais aussi l’Islande, le Liechtenstein, la Macédoine, la Norvège et la Turquie. 

Les étudiants ne peuvent pas rejoindre n’importe quel établissement. Ils doivent candidater dans des établissements ayant scellé un partenariat avec leur école française. Attention à ne pas perdre de temps pour se renseigner. Dans de nombreux cas, les voyages s’organisent près d’un an à l’avance

Bien réfléchir aux dates

Parmi les détails importants auxquels penser, il faut bien réfléchir aux durées et aux dates du voyages. Selon l’âge et la formation de l’étudiant, la durée minimale du séjour varie de deux semaines à trois mois. Mais dans la majorité des cas, les voyages doivent durer de deux à douze mois. Pour savoir quand partir, le mieux est de vérifier l’agenda de l’année avec les professeurs, et de déterminer avec eux le moment le plus propice

Autre détail qui a son importance : la langue. Un échange international n’est pas un séjour linguistique. Aussi, il est demandé aux étudiants de maîtriser un minimum la langue du pays d’accueil. Un niveau de compétences minimum est précisé dans les conventions entre établissements, et des tests de langue seront passés par les candidats

Erasmus+ permet en outre d’effectuer plusieurs voyages dans sa scolarité, à la limite d’un seul par cycle du supérieur (licence, master ou doctorat).  A la fin des études, les diplômes sont validés grâce à un système d’équivalences européen. 

Aides financières

Du côté de la paperasse, Erasmus+ a l’avantage de faciliter un peu la vie, puisque les étudiants restent inscrits dans leur établissement français. Ainsi, les étudiants ne paient que les frais de scolarité de leur établissement français. En revanche, comme pour tout séjour à l’étranger, il faut prévoir un budget en fonction des destinations (loyer, déplacement, vie quotidienne, etc.).

Des aides financières sont mises en places par Erasmus+, et déterminées en fonction du coût de la vie sur place. A noter que les étudiants boursiers en France continuent de recevoir leur allocation une fois à l’étranger.