Après trente ans d’existence, Erasmus cherche à se renouveler en incitant les lycéens et les apprentis à étudier à l’étranger.

« Nous voulons aller vers un Erasmus pour tous ». C’est ce qu’a déclaré Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, lors d’une conférence de presse au conseil régional d’Ile-de-France. 

L’objectif est de proposer un système « plus efficace, mieux ciblé et plus accessible ». Pour cela, Pierre Moscovici souhaite ouvrir un programme Erasmus aux lycéens, aux apprentis, ainsi qu’aux « migrants ou aux personnes handicapées ». 

Les apprentis en ligne de mire

Cette année, seuls 6 800 apprentis ont bénéficié du système Erasmus, contre 43 000 étudiants. Un chiffre jugé « insuffisant » pour la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. D’ici 2022, elle souhaite « doubler le nombre d’apprentis qui partent en Erasmus », pour atteindre 15 000 départs par an.

Pour les inciter à partir, la Commission européenne propose, entre autres, d’augmenter le montant des bourses grâce au programme Erasmus+. Dès 2018, les étudiants pourraient toucher entre 30 et 70 € de plus par mois. « En 2018, nous pourrons toucher des publics qui hésitaient à participer au programme faute de financement personnel », a confirmé Laure Coudret-Laut, directrice de l’agence Erasmus+ France.

Un budget insuffisant

Plus globalement, la Commission européenne propose également d’augmenter le budget dédié aux échanges scolaires. Cependant, toutes ces mesures ont un coût encore trop élevé pour être réalisées. « En 2017, s’il avait fallu accepter toutes les demandes en France, 49 millions d’euros supplémentaires auraient été nécessaires », constate Pierre Moscovici. 

Craignant toutefois que « les financements ne soient pas à la hauteur des ambitions », la députée européenne Pervenche Berès ajoute qu’il serait judicieux de faire participer les collectivités et les entreprises. 

En attendant, la ministre du Travail compte élaborer un guide pratique et une application mobile pour informer et encourager les apprentis à étudier en Europe.