Comment se vendre afin de convaincre le recruteur ? Quels sont les attitudes et les comportements à adopter pour montrer que vous êtes l'homme (ou la femme) taillé(e) pour ce job ? Aux dires des experts interrogés, une certitude : la personnalité est un critère intangible, et les candidats ont tout intérêt à parler d'eux. Reste à savoir comment s'y prendre...

Bien souvent, aux yeux des recruteurs, tous les profils se ressemblent. Ce qui fait la différence lors de l'entretien ? La personnalité, l'attitude et le comportement. Ils permettent en effet au DRH de mesurer le talent du candidat, mais aussi sa capacité à se fondre dans la culture de l'entreprise. Pour convaincre, il ne suffit donc pas seulement d'avoir enfilé ses plus beaux vêtements. Certes, la maxime "on n'a jamais deux fois l'occasion de faire une bonne première impression" se vérifie toujours, particulièrement dans le cadre d'un entretien. Mais ce n'est que le début d'un long chemin pavé d'embûches avant la signature du contrat de vos rêves.

Bien se connaître est un atout

Au-delà de la première impression, la personnalité est un élément déterminant lors d'un entretien. C'est la raison pour laquelle il est impératif d'être au clair avec soi-même. Car de cela dépend votre capacité à décrocher un job conforme à vos attentes. "Les jeunes diplômés ont parfois tendance à postuler à des jobs pour lesquels ils ne sont pas en mesure d'apporter une réelle valeur ajoutée", confirme David Bernard, psychologue du travail et auteur de l'ouvrage 18 façons de décrocher ce job.

Avant de se présenter à un rendez-vous, il faut donc avoir répondu à un certain nombre de questions. Qu'est-ce qui me pousse à agir ? Quelles sont mes valeurs et pourquoi ce job semble y répondre ? Cette introspection est la condition sine qua non à la réussite d'un entretien. Car, même si cela vous semble bateau, vous passerez difficilement entre les mailles du filet de la fameuse interrogation portant sur vos forces et vos faiblesses.

Les tests de personnalité et de compétences sont un excellent moyen pour détecter vos talents et vos points faibles. Mais attention : lors de l'entretien, veillez à étayer votre discours en vous reposant sur des exemples concrets. Tant mieux si vous vous pensez créatif. Prouvez-le en illustrant cette compétence par la réalisation d'un projet précis, que ce dernier soit lié à votre sphère personnelle ou professionnelle. Enfin, n'oubliez pas que l'engouement permet de créer un lien fort entre le candidat et le recruteur. Aucun DRH ne peut rester de marbre face à un candidat qui s'enthousiasme pour son job.

Les pièges à grandement éviter

Le vocabulaire négatif, la tendance à la dévalorisation et l'inattention sont à proscrire. Sous l'effet du stress, nombreux sont les candidats qui n'écoutent pas ou peu leur interlocuteur.

À l'inverse, "bien souvent, les candidats ont une fâcheuse tendance à mitrailler les recruteurs avec des arguments visant à justifier leur employabilité sur le poste visé. Or, c'est une erreur. Un entretien de recrutement est avant tout, une phase de découverte, et donc de questionnement", indique David Bernard. Autrement dit ? Posez des questions sur les missions inhérentes au poste, les valeurs fortes de l'entreprise ou même le climat social. Au regard des réponses fournies par le recruteur, le candidat aura qui plus est tout le loisir de rebondir avec pertinence.

Les qualités qui attirent les recruteurs

Dans son ouvrage, David Bernard recense les qualités susceptibles de séduire les recruteurs. Les DRH apprécient particulièrement les postulants qui poursuivent des objectifs et sont capables de se projeter à plus ou moins long terme. Cela correspond en général à la fameuse question, "où vous voyez-vous dans cinq ans ?" Les experts en recrutement s'accordent à le dire : "être en mesure de répondre à cette question vous permet à coup sûr de gagner la confiance de presque n'importe quel DRH".

La plupart des employeurs sont également friands des collaborateurs qui passent à l'action, tout comme ils sont sensibles à ceux qui assument leurs responsabilités.

Analyser le mode de fonctionnement du recruteur

"Il faut partir avec les besoins et les craintes du recruteur en tête", affirme l'auteur de 18 façons de décrocher ce job. Dès le début de l'entretien, il est donc pertinent de travailler en amont sur les préjugés que votre CV peut générer dans l'imaginaire de votre interlocuteur. Ensuite il n'existe aucune technique miracle, si ce n'est celle de se concentrer sur les enjeux du poste en montrant au recruteur qu'ils ont bien été compris. Créez des passerelles entre vos expériences et les compétences que le job impliquera.

"Un candidat capable de retranscrire fidèlement les exigences chevillées à un poste démontre qu'il a une vision réaliste du job proposé, et qu'il est prêt à s'engager pour les bonnes raisons", affirme David Bernard. Parmi les nouvelles craintes des DRH, figure en tête de liste la peur de voir partir plus vite que prévu la nouvelle recrue. Dans une conjoncture relativement instable, la tendance au zapping se renforce considérablement. Démontrez au recruteur que vous êtes prêt à vous inscrire dans une collaboration à plus ou moins long terme.

Encore une fois, illustrer par des exemples concrets prouvant que vous possédez une réelle capacité à persévérer et surtout une tolérance à la frustration. Car, même s'il s'agit du job de vos rêves, il y aura toujours des situations où il vous faudra composer.