La plateforme France Université Numérique a fait l'objet d'une « large refonte », indique le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche le 22 octobre. Elle devient sup-numerique.gouv.fr : « un véritable guichet unique dédié à l'enseignement supérieur par le numérique ».

En septembre dernier, France Université Numérique (FUN), principale plateforme en ligne pourvoyeuse de MOOCs francophones, annonçait que plus d'un million d'utilisateurs avait déjà participé à l'un des cours en ligne proposé. Une belle performance pour ce portail en ligne lancé par le gouvernement.

Une « large refonte » de France Université Numérique

Le 22 octobre, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé, dans un communiqué de presse, « une large refonte » de la plateforme FUN. Celle-ci devient désormais sup-numérique.gouv.fr : un portail en ligne pour ceux qui veulent « enseigner ou apprendre ». « Un véritable guichet unique dédié à l'enseignement supérieur par le numérique », définit le ministère.

L'ambition de cette « nouvelle » plateforme : « faire connaître et partager des contenus pédagogiques » afin d'aider les personnes à se former, a déclaré Thierry Mandon, secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, dans son allocution.

Un nouveau moteur de recherche

Le site permettra notamment aux internautes de « découvrir la richesse de l'offre de ressources en ligne des universités grâce à un moteur de recherche performant permettant un accès aux ressources pédagogiques plus rapide avec une sélection plus précise », annonce le communiqué. Un moteur ouvert « aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs, aux professionnels et plus généralement au grand public ».

A disposition : plus de 30 000 ressources pédagogiques numériques. Cours, études de cas, tutoriels, leçons interactives, conférences, vidéos, webdocumentaires, logiciels,... : de nombreux outils sont mis à la disposition des visiteurs. « L'indexaction du moteur est disponible sous le format d'un jeu de données ouvertes (open data) », précise le ministère.

« Outre une arborescence globale entièrement revue », cette plateforme « propose une meilleure hiérarchisation de l'information », précise le communiqué de presse. Une excellente nouvelle pour ceux qui veulent découvrir les ressources mises à disposition par les établissements français.