Architecture, architecture d'intérieur, paysagisme : pour travailler dans l'une de ces branches professionnelles, il est indispensable de suivre une formation dans une école spécialisée. Plusieurs établissements publics ou privés s'offrent ainsi aux jeunes. Orientations fait le point.

Créativité, talent, maîtrises techniques... des compétences requises dans l'exercice du métier d'architecte. De nombreux domaines sont accessibles, qu'il s'agisse de la construction à proprement parlé, de l'architecture d'intérieur ou bien du paysagisme. Mais pour se former à l'un des divers métiers existants, une formation en école spécialisée s'impose. Par ailleurs, certaines sont reconnues par l'Etat et/ou la profession.

Architecture

Pour s'engager dans cette branche, le passage par une école spécialisée est incontournable. Vingt établissements publics, les écoles nationales supérieures d'architecture (ENSA), placées sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, proposent un cursus calqué sur le schéma LMD : trois années pour obtenir le diplôme d'études en architecture, et deux complémentaires pour accéder au titre d'architecte.

Il en existe six en Ile-de-France et quatorze sur le reste du territoire. Chaque ENSA a sa propre procédure de recrutement, mais l'inscription passe par la plateforme Admission post bac (APB). Très demandées, et avec des capacités d'accueil limitées, ces écoles ne retiennent, en moyenne, qu'un candidat sur dix. Raison pour laquelle, nombreux sont les bacheliers à privilégier une à deux années d'études après le bac avant de s'inscrire dans l'une des ENSA.

Les bacheliers peuvent également postuler à l'École spéciale d'architecture (E.S.A.) de Paris. Cette école privée reconnue délivre en cinq ans un diplôme homologué, le DESA, conférant le grade Master. De son côté, l'Institut national des sciences appliquées (I.N.S.A.) de Strasbourg est accessible sur concours au niveau math sup (bac +1). Il délivre en quatre ans un diplôme d'Etat d'architecture, conférant le grade Master.

Enfin, l'Habilitation à la maîtrise d'œuvre en nom propre (HMONP), nécessite une année d'étude supplémentaire. L'HMONP est le seul titre qui autorise l'architecte à déposer un permis de construire et à s'inscrire à l'Ordre des Architectes.

Architecture d'intérieur

Le métier ayant connu un essor rapide ces dernières années, de nombreuses formations se sont développées pour former à l'architecture d'intérieur. Pas moins d'une quarantaine d'écoles, publiques ou privées, bien souvent sélectives offrent ainsi l'opportunité d'obtenir un diplôme, reconnu ou non par la profession.

Pour les jeunes souhaitant privilégier les filières courtes, le BTS Design d'espace dispensé par les écoles d'arts et d'arts appliqués, accessible après un bac STD2A (ancien bac STI arts appliqués), ou après une année de remise à niveau (MANAA), permet aux étudiants de suivre une formation au DSSA - Diplôme supérieur des arts appliqués en Architecture d'intérieur - en deux ans.

Des cursus en cinq ans sont également proposés par les écoles spécialisées. S'il n'est pas obligatoire de posséder un diplôme reconnu pour exercer en tant qu'architecte d'intérieur, le CFAI (Conseil français des architectes d'intérieur) qui veille à l'intégrité de la profession, délivre un certificat de capacité aux diplômés bac +5 de certaines écoles. 14 sont ainsi reconnues.

L'accès à ces écoles peut se faire dès l'obtention du baccalauréat, par concours propres. En effet, ces dernières font passer aux candidats des épreuves d'admission (dessin, test de culture générale et artistiques, créations plastiques...) et un entretien individuel, tout en s'appuyant sur le book personnel présenté dans son dossier de candidature.

Enfin, il est possible de suivre les options dédiées dans les cursus des écoles d'art, Beaux-Arts, et d'architecture, offrent en quatre ou cinq années après le bac, des formations intégrées à un enseignement généraliste en arts appliqués.

Paysagisme

Six écoles sont reconnues par la Fédération française du paysage (FFP). Elles permettent d'accéder au titre de Concepteur paysagiste. L'accès à cette formation de quatre ans conduisant au diplôme d'Etat (DEP) se fait par voie de concours national, commun à l'école nationale supérieure du paysage de Versailles (ENSP), et écoles nationales supérieures d'architecture et de paysage de Lille et Bordeaux (ENSAP). Les épreuves sont ouvertes aux titulaires d'un diplôme niveau bac +2 ou de 120 crédits ECTS.

D'autre part, Agrocampus Ouest (ex- Institut National d'Horticulture et de Paysage (INH) d'Angers) et l'Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois (ENSNP) proposent une formation en cinq ans post-bac assortie du titre d'ingénieur. Pour candidater en première année, les intéressés doivent s'inscrire via le portail Admission Post Bac, envoyer un dossier d'inscription puis passer un examen d'entrée, écrit et oral. L'accès en deuxième année se fait par la voie d'un concours direct ouvert aux candidats titulaires d'un DUT, d'un BTS (ou BTSA) ou d'une deuxième année de licence générale scientifique.

Enfin, l'Ecole Supérieure d'Architecture des Jardins de Paris (ESAJ) est la seule à recruter des étudiants directement après le bac, et ce pour un cursus en quatre ans. A noter que les étudiants doivent compléter leur formation par une 5ème année au sein d'un établissement universitaire qui délivre un master dans les spécialités urbanisme, environnement, développement durable ou aménagement du territoire. Ce n'est qu'après l'obtention et la validation de cette 2ème année de master que l'ESAJ attribuera à l'élève le diplôme de l'école.

A noter que ces écoles spécialisées proposent bien souvent des parcours en apprentissage. Une occasion de mettre rapidement un pied dans le monde du travail.

Avant de faire son choix, il convient donc de bien étudier le programme proposé, les modalités d'entrée, les connexions avec le monde de l'entreprise, la réputation de l'école et les passerelles possibles au cas où vous souhaiteriez changer d'orientation.

Dernière mise à jour : 2 avril 2015