Les femmes en écoles d'ingénieurs sont-elles plus nombreuses ? Si leur nombre augmente indéniablement, leur part dans les effectifs totaux montre des signes de stagnation.

Le nombre de filles en écoles d'ingénieurs continue d'augmenter. Lors de l'année académique 2014-2015, elles étaient 36 857 inscrites, indique une note de la Conférence des directeurs des écoles française d'ingénieurs (Cdefi). C'est 3,2 % de plus que l'effectif 2013-2014.

Plus de filles, mais une répartition stable

Le nombre d'élèves ingénieures progresse d'années en années. Il est aujourd'hui plus de trois fois supérieur à celui de 1990-1991 (11 446) et presque deux fois plus important qu'en 2000-2001 (20 872). Malgré tout, la part des filles dans les effectifs totaux des écoles ne suit pas la même tendance. Alors qu'elle est passée de 23 à 26,9 % entre 2000 et 2009, l'augmentation est depuis beaucoup moins marquée. Aujourd'hui, cette répartition est de 28,4 %, soit 1 % de plus seulement qu'en 2009-2010. 

La Cdefi note par ailleurs que « la présence des femmes est plus forte dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie agroalimentaire, pharmaceutique et de l'enseignement, où elles représentent plus de 35 % des ingénieur.e.s ». La conférence fait aussi remarquer que le taux de jeunes femmes diplômées est plus important que le taux d'étudiantes. Avec 9 617 élèves décorées en 2014, elles représentent en effet 29,3 % des diplômés. Un taux qui semble lui aussi augmenter moins rapidement (+0,1 % entre 2014 et 2013, contre + 0,6 % et + 0,7 % les années précédentes).

Lire aussi Le diplôme d'ingénieur donne accès à des débouchés très variés

Le chômage plus important chez les femmes

Si la parité semble toujours éprouver des difficultés à s'installer dans les écoles d'ingénieurs, ce sont de vraies inégalités qui sont observées sur le marché de l'emploi. Ainsi, le taux de chômages des femmes ingénieures est plus élevé que celui des hommes : 5,5 % fin 2014, contre 4,1 %. 

Rappelons toutefois que la situation des ingénieurs est plutôt bonne comparé à l'ensemble de la population active, qui compte un taux de chômage de 10,4 % fin 2014. En outre, 92,7 % des femmes ingénieures sont en CDI (contre 86,5 % de la population active) et 93,8 % des ingénieures salariées sont cadres (contre 19,5 %).