Le verdict est tombé : vous avez eu entre 8 et 10 de moyenne au baccalauréat et les épreuves de rattrapage vous attendent. Pas de panique, Orientations vous dévoile les dix commandements qui assureront votre réussite.

En 2014, pas moins de 94 700 d'élèves (soit un sur sept) passaient par la case rattrapages pour obtenir leur baccalauréat. Cette opportunité ne doit pas être prise à la légère, bien au contraire : les deux tiers des candidats ayant passé les oraux ont ainsi décroché leur diplôme. Il est donc tout à fait possible de réussir cette étape, à condition de la préparer au mieux. Orientations vous dévoile les dix commandements à suivre pour une fin d'année couronnée de succès.

1. Confiant, tu seras

Les rattrapages ne doivent pas être vus comme une punition : c'est avant tout une chance d'être repêché et surtout d'être diplômé. En 2014, 65,3 % des candidats qui sont passés par les oraux ont ainsi obtenu leur bac. Il faut donc croire en ses chances, d'autant qu'une matière a pu être ratée par accident.

« D'abord, l'examinateur m'a posé des questions. Suite à mes réponses, il a été étonné. Il a regardé mon dossier et a vu que j'avais 13 de moyenne dans cette matière durant l'année », se souvient ainsi Karen, passée par les rattrapages et qui avait eu un 4 en économie lors de son baccalauréat... Si le livret scolaire n'est aujourd'hui ouvert que lors de la délibération du jury, l'examinateur se rendra vite compte de vos facilités lors de l'exposé si accident il y a eu.

2. Les points qu'il  te manque, tu compteras

Dès que vous avez votre relevé de notes entre les mains, il faut vérifier le nombre de points qu'il vous manque. Parfois, il suffit de peu. Pour savoir le nombre de points à rattraper, il faut multiplier par 10 la somme des coefficients.

Ensuite, avec le détail des notes, il sera indiqué le nombre de points obtenus. Faites la soustraction, et vous saurez combien de points il vous faut maintenant réunir.

3. Tes matières, avec soin, tu sélectionneras

Les candidats sont libres de choisir les sujets qu'ils souhaitent repasser. Il est ainsi possible d'opter pour les matières où vous avez obtenu le moins de points, ou les matières ayant les plus forts coefficients dans l'espoir d'avoir une note conséquente.

Mais il reste judicieux d'en choisir une dans laquelle vous êtes tout de même le plus à l'aise, afin de maximiser vos chances de réussite. Si vous avez été mauvais en histoire toute l'année, ne comptez pas sur un miracle le jour des rattrapages.

4. Tes points faibles, tu analyseras

Avant de passer à l'oral, il faut être sûr de ne pas tomber dans un « piège » : en effet, mettez toutes les chances de votre côté en vérifiant que vous ne pourrez pas être pris par surprise. « En économie, on doit choisir deux sujets. Pour le premier, qui concernait les firmes transnationales, j'ai paniqué : on avait eu un remplaçant durant l'année, et on n'avait pas abordé ça », se souvient ainsi Karen. Vérifiez donc dans vos manuels les programmes et les notions à connaître. Les professeurs sont généralement disponibles pour aider les élèves dans leurs révisions.

5. Les révisions, tu reprendras

Justement, les révisions... C'est un travail assez intense qui attend les candidats aux rattrapages, mais vous pouvez être aidé dans votre tâche. « Nos professeurs du lycée nous ont donné des cours. Pendant deux jours, nous avons révisé tout le programme en économie. Et j'ai aussi révisé chez moi », se souvient Karen. Votre force, à présent, c'est que vous n'avez « plus que » deux matières à revoir... Potassez-les donc à fond !

6. T'entraîner, tu devras

Les oraux ne sont pas l'occasion de réciter un cours, mais bien de montrer à l'examinateur votre logique. En philosophie, il faut expliquer un texte ; en mathématiques, réaliser une solution de problème,...

Il est donc primordial de savoir effectuer un raisonnement. Exercez-vous, à la maison ou au lycée. Dans cette perspective, vous pouvez demander à quelqu'un de vous interroger : vous pourrez ainsi voir si vos explications tiennent la route.

7. Tes vêtements, tu choisiras

Les oraux sont l'occasion de faire bonne impression. Il faut que l'examinateur soit tenté de vous donner une bonne note, afin que vous ayez le maximum de points. Pour cela, soignez votre langage ainsi que votre présentation physique.

Cela passe aussi par une tenue vestimentaire adéquate : chemise repassée, style vacancier ou habits trop courts à éviter, cheveux propres, maquillage discret,... Mais veillez tout de même à porter des vêtements dans lesquels vous serez à l'aise, afin de ne pas être perturbé.

8. Concentré et impliqué, tu resteras

Les rattrapages se déroulent en deux temps : une première partie, consacrée à la préparation de votre exposé, et une seconde durant laquelle vous vous entretenez avec l'examinateur. Durant votre préparation, il est possible que l'examinateur, dans la même pièce, interroge un autre candidat : ne vous laissez pas distraire, et réfléchissez à tout ce que vous pourrez dire.

« J'avais prévu une note en deux parties, mais je sentais bien qu'il manquait quelque chose... A la fin de mon exposé, l'examinateur m'a demandé si je n'avais pas envie d'ajouter quelque chose. Je lui ai parlé de la troisième partie à laquelle j'avais pensé, il m'a alors dit de la faire », raconte ainsi Karen.

9. Ton éloquence, tu soigneras

Lors de ces oraux, vous serez jugé en grande partie sur... votre aisance à l'oral. N'ayez pas peur de parler bien fort, d'articuler correctement. Soyez enjoué, montrez que vous avez conscience de votre chance d'être là. Votre exposé doit être argumenté et vivant.

Et attention : si l'examinateur ne peut évaluer votre orthographe, il sera tout de même soucieux de vos fautes de français. Gardez à l'esprit que, cette fois, ce n'est plus votre copie qui est notée, mais vous-même.

10. Avec honnêteté, tu parleras

Lors de cet oral, soyez franc. Cela ne sert à rien de mentir au correcteur : il est fort probable qu'il vous demande, au début de votre oral, combien de points il vous faudrait pour vous rattraper. Ne soyez pas gourmands, optez pour la justesse. En montrant que vous savez le nombre de points qu'il vous manque, vous montrerez aussi votre intérêt pour le bac. « L'examinateur m'a demandé combien de points il me fallait pour obtenir le bac. J'ai répondu la moyenne, et en fait il m'a mis 15 ! », se réjouit Karen.

Dernière mise à jour : 7 juillet 2015