Les étudiants étrangers souhaitant compléter leur formation par une première expérience professionnelle auront désormais 12 mois, contre six auparavant. Surtout, en cas de promesse d'embauche, ils pourront rester sur le territoire français.

Bonne nouvelle pour les étudiants étrangers : l'autorisation provisoire de séjour (APS) vient de passer d'une durée de six à douze mois.  Ces élèves vont donc pouvoir bénéficier de six mois de plus pour travailler, et ainsi postuler à des emplois plus longs. Mais attention : les étudiants ne pourront avoir qu'un seul emploi, ou un seul employeur !C'est tout de même un assouplissement de taille, notamment par rapport à la fameuse et tant décriée circulaire Guéant. En effet, l'APS n'est plus délivrée uniquement dans le cas d'un retour au pays d'origine par la suite.

Création d'une mention "étudiant" pour le titre de séjour

De plus, les étudiants disposant d'une promesse d'embauche pourront pourvoir l'emploi, peu importe la situation de cet emploi. En effet, avant la nouvelle loi, le contrat devait être visé par une autorité compétente

A noter également la création d'une mention "étudiant" pour le titre de séjour pluriannuel. Un titre délivré dès l'expiration du visa de long séjour, et qui vaut comme titre de séjour. Enfin, bonne nouvelle pour les scientifiques-chercheurs : en cas de perte - involontaire - de leur emploi, leur titre de séjour "scientifique-chercheur" ne pourra leur être retiré.