Difficile de s'installer sereinement lorsqu'on est étudiant étranger venant de débarquer à Paris ! Pour tenter de faciliter les choses, la Cité internationale universitaire a décidé de mettre en place un service d'accueil pour ces élèves. Pendant deux mois, ils auront, à disposition à la Cité universitaire, une antenne regroupant les principaux organismes administratifs.

Du 16 septembre au 22 novembre, la Cité internationale universitaire de Paris ouvre son service d'Accueil des Etudiants Etrangers. Ce dispositif, destiné aux primo-arrivants, regroupe un ensemble d'organismes tels que la CAF, le Crous, la préfecture de police,... Une opération financée par la ville de Paris, et qui sera également présente au Crous de Paris. "Cela constitue un service de proximité fort utile, notamment pour les étrangers qui ont du mal à trouver les bons organismes administratifs", explique David Julliard, représentant la Préfecture de Police, qui s'occupe notamment des titres de séjour des étudiants étrangers.

Des aides sociales personnalisées

La raison de cette installation : 56 000 étudiants étrangers viennent étudier chaque année à la Cité internationale universitaire de Paris. Un travail d'accompagnement titanesque, mais néanmoins hautement voulu. "Nous souhaitons que l'information soit personnalisée et réponde aux problèmes de chaque personne", indique Carine Camby. "On a un peu toutes les nationalités sur Paris, donc les intervenants doivent être multilingues. Nous maîtrisons ainsi une dizaine de langues", ajoute la déléguée générale de la Cité universitaire. Une nécessité quand on sait que certains primo-arrivants ne maîtrisent pas le français, ni même l'anglais...

Autre problème : le logement. Car, si 6 000 étudiants étrangers logent à la cité U - à l'instant T ; mais il en passe en tout 12 000 par an -, certains élèves doivent se loger ailleurs. Et à Paris, les loyers sont relativement chers ! D'où le partenariat conclu avec le Crous... Les résidences du Crous de Paris accueillent en effet 900 étudiants étrangers. C'est donc 20 % des résidences qui leurs sont réservées. "Le Crous a pour mission d'améliorer la qualité de vie des étudiants. Le partenariat est la clef de la réussite de cet objectif", précise Denis Lambert, directeur du Crous de Paris. Autre aide : un système de bourses attribuées par des donateurs. Un mécénat qui en est à sa troisième année, et qui permet à 30 étudiants de bénéficier d'une prise en charge du loyer pour une période de 10 mois.

Un séjour encadré et facilité

Il ne s'agit pas uniquement d'étudier et de se loger : encore faut-il avoir l'autorisation de demeurer sur le sol français ! En la matière, des améliorations ont été réalisées, afin de faciliter ces séjours. Ainsi, la première année, il n'est plus nécessaire d'avoir un titre de séjour, grâce au visa long séjour. Ce n'est qu'en cas d'une deuxième année passée en France que l'étudiant doit se procurer un titre de séjour, dans les trois mois suivant son arrivée si possible. Un visa qui vaut pour tous les étudiants hormis les Algériens, qui doivent faire une requête de titre de séjour dans les trois mois suivant leur arrivée.

Autre aspect facilité : les études longues. "Le législateur a souhaité faciliter les parcours avec un assouplissement des titres de séjour pluriannuels", avance David Julliard. La possibilité a en effet été renforcée, notamment pour les élèves qui s'inscrivent en master ou ceux qui poursuivent un doctorat, de bénéficier directement d'un titre de séjour de deux ou trois ans. Ils peuvent ainsi rester sur le sol français et bouger dans l'espace Schengen, sans aucun souci. Et ainsi avoir l'esprit serein pour étudier dans de bonnes conditions.