Pour que l’alternance commence, une seule condition : se mettre d’accord avec un employeur pour un contrat d'une durée de six mois à trois ans. Afin de trouver l’entreprise la mieux adaptée à sa formation, il est conseillé de procéder avec méthode.

Où s’informer ?

Prenez contact directement avec les écoles ou les centres de formation, qui pourront vous aiguiller vers leurs entreprises partenaires et vous donner des conseils. Un cinquième des jeunes qui ont signé un contrat d'alternance trouvent en effet un employeur par ce biais. Autre alternative : le ministère du Travail rassemble sur le Portail de l'alternance les offres de contrats d'apprentissage et de professionnalisation recensées par Pôle emploi (classées par région), mais également celles des chambres consulaires et d'autres organismes.

Une sélection de contrats de professionnalisation est également réalisée sur le site de l'Afpa. Enfin, les sites e-orientations.com et inscription-alternance.com proposent également des offres de stages. Vous y trouverez des informations relatives aux contrats d’alternance et à la manière de trouver une formation ou une entreprise d’accueil.

Quand postuler ?

La plupart des cursus débutent à partir du mois de septembre. Mais il est nécessaire de commencer ses recherches dès le printemps : les contrats se signent pour la plupart entre mai et juillet. Profitez notamment des journées de recrutement organisées par votre futur établissement de formation, et renseignez-vous sur les partenariats qu'il entretient avec des entreprises. 

Faut-il miser sur les candidatures spontanées ?

Oui, mais à condition de cibler très précisément les entreprises. Adressez votre dossier directement au chef de service ou au manager opérationnel, par exemple le directeur marketing si vous souhaitez devenir chef de produit. Vous trouverez en général les coordonnées de chacun sur le site internet de l’entreprise sollicitée. N’hésitez pas également à appeler le standard de la société pour vérifier ces informations. 

Pourquoi cultiver son réseau ?  

C’est le meilleur moyen pour entrer en contact avec l’entreprise qui correspond à votre désir de formation. L’embauche y sera plus envisageable. Parlez de votre recherche à vos proches, à vos camarades de promotion, ainsi qu'aux anciens de l'école qui sont désormais en poste. Il ne faut pas hésiter à faire jouer son réseau, même s'il est peu développé. Parents, famille, amis, voisins sont peut-être en contact avec un salarié d’une entreprise du secteur qui vous intéresse.

Comment choisir son entreprise ?

Depuis le 1er janvier 2015, un décret gouvernemental oblige toutes les entreprises de plus de 250 salariés à accueillir un quota minimum de 5 % d'alternants. Le choix est donc vaste ! Avant de vous engager, renseignez-vous sur votre futur employeur et trouvez des témoignages d’anciens alternants sur les forums internet. Privilégiez notamment la qualité du suivi de votre tuteur et l'environnement de travail. Car le choix d’une entreprise est déterminant pour acquérir un réel savoir-faire, doublé d’une expérience professionnelle que vous pourrez ensuite valoriser sur le marché du travail.

Comment convaincre l’entreprise ?

Préparez soigneusement votre entretien de recrutement avant d’être convoqué. C’est un préalable indispensable. Commencez par adapter votre CV, en fonction de l’emploi que vous ciblez. Détaillez le plus possible votre formation, les compétences acquises, surtout si vous n'avez peu ou pas travaillé. Le CV étant le support de l'entretien, n’oubliez aucune de vos expériences en tant que stagiaire ou vos jobs d’été : même s’ils n’ont pas un rapport direct avec le secteur visé, ils témoignent de votre volonté et de votre motivation.

Lors d’un entretien, rappelez à votre interlocuteur que les entreprises qui recrutent un apprenti sont exonérées de charges sociales, et celles de moins de 250 salariés reçoivent une prime de 1 000 euros. Un argument percutant, en particulier pour les secteurs qui peinent à recruter comme l'hôtellerie-restauration, le commerce, la grande distribution, les services aux entreprises…

Quelle rémunération espérer ? 

Les étudiants qui optent pour l’alternance perçoivent pendant leurs études une rémunération qui diffère selon la nature de leur contrat. Pour un contrat de professionnalisation, l’alternant perçoit 55 % du Smic (824 euros bruts) s'il a moins de 21 ans. Au-delà, la rémunération s’élève à 70 % du Smic, soit 1 049 euros bruts.

Pour un élève en bac pro ou suivant un diplôme de niveau supérieur, le salaire sera plus élevé. En apprentissage, la rémunération se situe entre 25 et 78 % du Smic brut dans le secteur privé, soit de 375 à 1 169 euros bruts par mois. Ce salaire est presque exonéré des cotisations sociales, le net équivaut donc au brut.