Les étudiants des classes prépas ont pour principal objectif de passer les concours des grandes écoles : ingénieurs, commerce, journalisme ou encore Sciences Po... Toutefois, d'autres voies leur sont également accessibles.

Les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) vous préparent aux concours d'entrée des grandes écoles. Toutefois, rien ne vous empêche de choisir d'autres types d'établissements. D'ailleurs, grâce au système LMD, les étudiants en classes préparatoires s'inscrivent en parallèle à l'université, dans la filière de leur choix. De quoi donner des idées à ceux qui désirent poursuivre leurs études à la faculté après la prépa.

La voie classique : les grandes écoles

Il existe trois filières pour les classes préparatoires dites classiques : littéraire, économique et scientifique. Malgré tout, elles proposent un programme d'études pluridisciplinaire, donc très riche. Ainsi, quelle que soit la grande école envisagée pour votre poursuite d'études, les CPGE vous fourniront des méthodes de travail efficaces et adaptées.

Elles vous prépareront aux concours d'entrée des écoles d'ingénieurs, de commerce, ou encore de journalisme. Sciences Po, les écoles militaires, vétérinaires, l'ENS ou l'école des Chartes vous seront également accessibles.

Les classes prépas technologiques quant à elles, par le biais de concours communs, vous permettront aussi d'accéder aux grandes écoles.

Rejoindre les bancs de l'université

A l'issue de votre classe préparatoire, rien ne vous contraint d'intégrer les grandes écoles. Et pour cause, depuis que les CPGE font pleinement partie du cursus LMD (licence-master-doctorat), vous bénéficiez d'un système d'équivalences. Celui-ci vous permet, après vos deux années de prépa, de vous lancer sur la voie de l'université.

Elles représentent 120 ECTS (European Credits Transfer System), soit l'équivalent d'une L2 (2ème année à la faculté). Selon votre niveau, vos résultats et le domaine d'études choisi, vous pourrez intégrer directement une licence en deuxième ou troisième année. Veillez à ce que votre dossier soit de qualité, car certaines universités peuvent vous faire passer des unités d'enseignement (UE) pour valider une équivalence, si celui-ci n'est pas bon.

Les concours de l'enseignement

Dans la même optique, vous pouvez vous orienter vers les concours de l'enseignement. Pour devenir professeur des écoles (concours de recrutement de professeurs des écoles ou CRPE), il vous faudra poursuivre, après la prépa, deux ans à l'université en vue d'obtenir un niveau master 1 minimum. Les enseignements seront plus spécialisés à l'ESPE (école supérieure du professorat et de l'éducation) et une préparation au concours vous sera prodiguée.

Pour le concours externe du Capes (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré), vous devrez également rejoindre les bancs de l'université jusqu'à l'obtention d'un niveau au moins égal au master 1. Pour cela, l'ESPE ou le CNED peuvent vous aider à préparer le concours au préalable.

Témoignages d'anciens élèves de prépa

Vincent est entré en licence 3 d'histoire à la Sorbonne, après deux ans de prépa littéraire. « Après mon khâgne - hypokhâgne, je n'ai pas eu le concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure (ENS). J'ai obtenu en revanche une équivalence totale en licence 3 d'histoire, à la faculté Panthéon-Sorbonne. Je l'ai très bien vécu et la transition n'a pas été très compliquée. Les rythmes étaient différents : nous disposions de plus de temps pour approfondir, et on ne nous prenait plus pour des idiots, ce qui pouvait arriver régulièrement. »

Une expérience que confirme Jean : « J'ai été content aussi de ne pas être allé dans une grande prépa où on nous casse constamment. Avec du recul, j'ai vécu mes années  à la fac comme une transition avant un master spécialisé ou une école. D'ailleurs, après ma licence 3, j'ai fait un master d'histoire qui m'a amené à travailler pour un think-tank (laboratoire d'idées et de réflexion) suédois. Aujourd'hui, je parle parfaitement le suédois et je prépare une thèse en études politiques sur l'industrie de défense et de sécurité européenne. Comme quoi, il y a une vie après la prépa », conclut-il.

Dernière mise à jour : 21 juillet 2015