Eduano se présente comme le premier site internet européen indépendant de diffusion gratuite du savoir académique de qualité. Cours de droit, de logique, de philosophie,... Il y en a pour tous les goûts ! Et ce, à la portée de toutes les bourses, les enseignements étant proposés gratuitement. Entretien avec Cyril Bedel, fondateur de cette plateforme novatrice.

Qu'est-ce qu'Edunao ?

Cyril Bedel, fondateur d'Edunao Cyril Bedel, fondateur d'Edunao
Cyril Bedel, fondateur d'Edunao

"Edunao a vocation à être un MOOC inspiré à l'origine par les sites américains. L'objectif est de diffuser gratuitement des cours universitaires de qualité. Nous souhaitons également permettre de certifier en ligne les cours. Nous sommes indépendants des institutions académiques. Ce qui est déterminant, pour Edunao, c'est l'apprenant !"

Pourquoi avoir lancé un tel site ?

"Tout simplement parce qu'il n'y en avait pas d'autres ! Edunao s'est développé par des échanges avec Michel Serres [philosophe, historien des sciences et homme de lettres, auteur notamment de "Petite Poucette", NDLR], et le constat que la pédagogie européenne nous est spécifique. Nous voulons que les sites de MOOC français et européens puissent s'affranchir d'une stricte approche anglo-saxonne."

Les MOOC sont-ils l'avenir de l'enseignement, selon vous ?

"Non ! Il s'agit plutôt d'une autre manière d'approcher l'enseignement, centrée sur l'apprentissage. Les MOOC écrivent une nouvelle page de l'éducation. Ce qui est important, c'est de comprendre la manière dont les MOOC vont faire évoluer l'enseignement.

La manière d'apprendre, elle, est déjà sous influence des usages numériques. Deux nouveaux métiers apparaissent : l'édition de sites de MOOC comme Edunao, concentrés sur l'offre académique, les usages et les usagers ; et l'ingénierie pédagogique, qui permet de produire le contenu spécifique des cours qui y seront diffusé."

Comment peut-on délivrer des certifications aux personnes qui suivent un MOOC ?

"Il existe beaucoup d'outils de suivi des étudiants. On ne pourra plus empêcher la substitution des étudiants aux examens, car le risque de triche est endogène à toute forme d'examens. Mais nous faisons tout pour qu'il y ait un meilleur service possible, y compris avec des examens présentiels."

Quelles sont les écoles et les universités proposant actuellement des MOOC sur Edunao ?

"Aujourd'hui, on ne communique pas sur les institutions. A cela, deux raisons. La première, c'est qu'elles ne sont pas organisées pour prendre des décisions, qui prennent d'autant plus de temps. La seule qui l'ait fait publiquement en France, c'est l'Ecole Polytechnique avec Coursera, en février dernier.

Depuis, aucune université ne s'est engagée à faire un MOOC avec une institution indépendante, même si nous parlons et discutons avec nombre d'entre elles. Ensuite, le 2 octobre dernier, la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, va faire une annonce sur les universités numériques. Je pense qu'à ce moment-là, les universités prendront position, mais pas avant."

Combien comptez-vous d'inscrits actuellement, et comment souhaitez-vous augmenter ce nombre ?

"Pour l'instant, l'offre est ouverte aux inscriptions sur Edunao, et les cours n'ont pas encore commencé. L'offre est généraliste, et notre ambition est de servir un public vraiment large. Les cours de notre MOOC sont ouverts à tous, gratuitement, pour les 'jeunes de 7 à 77 ans' ayant envie d'apprendre !

Ils peuvent s'adresser à des élèves de collèges ou lycées précoces, à des étudiants dans un cursus différent, à des demandeurs d'emplois qui veulent perfectionner leurs savoirs, à des curieux,... Ce que l'on veut, c'est proposer une plateforme indépendante."

Pensez-vous proposer plus de cours ou de thématiques dans le futur ?

"Oui. Aujourd'hui, les propositions viennent des professeurs de tous horizons et de quelques institutions. On est au tout début d'un changement de perspective sur ce que peut apporter un enseignement gratuit avec l'aide d'internet. La première contrainte, pour les professeurs, est la préparation des cours, qui demande du temps. Beaucoup de professeurs sont intéressés, mais il y a des enjeux techniques, administratifs,... Les apprenants vont également nous demander des cours en fonction de leurs besoins et de leurs envies.

Ce que l'on voit se dessiner, c'est aussi des demandes d'entreprises, qui veulent voir proposer tel ou tel savoir-faire sur la plateforme. Par exemple, le cours "Introduction aux systèmes d'information" est proposé en partenariat avec l'entreprise Antares, qui recrute des ingénieurs ayant une première formation scientifique. Tous les profils scientifiques sont acceptés, comme par exemple les personnes ayant une formation en biologie, en mathématiques, etc. Pour intéresser les recruteurs de cette entreprise, avoir suivi ce cours diffusé sur le MOOC Edunao sera un plus qui valorisera le parcours académique initial."