De plus en plus d'étudiants sont recrutés grâce aux réseaux sociaux, généralistes ou professionnels. Ces plateformes sont devenues un bon terrain de chasse pour les candidats, mais aussi pour les employeurs. Un moyen précieux pour trouver une entreprise dans le cadre de son alternance.

L'alternance est souvent le début de votre vie professionnelle. D'étudiant, vous allez devenir un salarié à part entière : il est donc nécessaire d'adopter un comportement approprié. À commencer par « chasser » votre entreprise d'accueil pour votre période d'alternance sur les réseaux sociaux.

« Aujourd'hui, les réseaux sociaux, notamment professionnels, font partie intégrante du processus d'embauche, et sont même devenus un ‘must' pour être recruté. Quand on est à la recherche d'un emploi, mais également d'une entreprise en alternance, il faut être présent sur ces supports. Ce sont des outils supplémentaires et complémentaires qui permettent d'avoir une meilleure visibilité », souligne Olivier Fécherolle, directeur général stratégie et développement du groupe Viadeo.

Soigner son e-réputation

Parmi les réseaux à privilégier, Viadeo et LinkedIn s'imposent. Nombreux sont les recruteurs qui les utilisent. « Outre ces deux incontournables, s'inscrire sur un réseau plus adapté à un secteur d'activité peut être judicieux. Par exemple Digikaa pour le monde des web agencies », conseille Jacques Froissant, dirigeant et fondateur du cabinet de recrutement et formation 2.0, Altaïde.

Choisissez Cobize, si vous recherchez un poste en alternance dans la fonction commerciale ou bien Dogfinance si vous aspirez à intégrer le monde de la gestion et de la finance. Mais il est tout aussi possible de centrer ses recherches via des réseaux sociaux généralistes tels que Facebook ou Twitter. Ce dernier s'impose comme le nouvel eldorado des candidats soucieux d'attirer l'attention des recruteurs.

« C'est un bon moyen pour émettre de l'information et se faire remarquer. Par exemple, un jeune diplômé possédant 3 000 followers et évoquant un sujet plus ou moins en lien direct avec le business de l'entreprise a de grandes chances de se faire repérer. Pour les chasseurs de talents, Twitter est un terrain de jeux formidable », explique Alexandre Pachulski, spécialiste de la gestion des talents en entreprise.

Avoir un profil à jour

On ne « traque » pas un recruteur sur les réseaux sociaux avec un profil incomplet ou avec une photo compromettante. « Il faut afficher un profil à jour et riche. Et donc obligatoirement avoir une photo professionnelle », souligne Jacques Froissant, qui a adapté en français Guérilla marketing pour trouver un emploi (Diateino, 2012).

Si vous avez effectué des stages, c'est le moment de détailler dans quelle société, pendant combien de temps, dans quel cadre, ce que vous y avez fait et appris. Précisez également qu'elle sera votre école durant la durée de votre alternance, le diplôme que vous visez, et le nombre d'années nécessaires pour l'obtenir. Vous pouvez aussi spécifier votre mobilité. Enfin, indiquer le rythme prévu pour l'alternance permettra à l'employeur de voir que vous êtes déjà très informé (et donc impliqué) dans cette démarche.

Disposer d'un réseau cohérent

Vous débutez. De ce fait, le recruteur ne s'étonnera pas du nombre limité de vos contacts. Entre 20 et 30, c'est déjà bien suffisant. Plus que la quantité, privilégiez la qualité, avec des personnes en lien avec votre milieu professionnel, votre parcours et vos attentes. « Le réseau des jeunes diplômés doit compter des professeurs, des camarades de promotion, des maîtres de stage et d'éventuels tuteurs », insiste Jacques Froissant.

Mais aussi, pourquoi pas, des apprentis déjà en poste dans l'entreprise visée, voire d'anciens alternants désormais embauchés ou exerçant dans une autre société. Cela attestera de votre capacité à créer du lien, à entretenir des relations pérennes avec des pairs, mais aussi avec des enseignants et des professionnels. Ne perdez jamais de vue que, dans le monde du travail, le savoir-être est tout aussi important que le savoir-faire.

Parvenir à identifier les recruteurs

Deux stratégies sont possibles pour bien identifier un recruteur : soit en cherchant par mot clé (DRH, manager RH, responsable de l'apprentissage, dirigeant s'il s'agit de PME/TPE...) dans le moteur de recherche du réseau, soit en se rendant sur les profils « corporate » des entreprises en vue d'y glaner des noms.

« LinkedIn classe, par exemple, les contacts par ordre de proximité avec vous. S'il y a un seul intermédiaire entre vous et la personne visée, demandez à l'intermédiaire de vous mettre en relation avec elle », conseille Jacques Froissant. Une fois le lien créé, contactez directement le recruteur en vous recommandant de ce contact.

« C'est une sorte de cooptation », ajoute l'expert. S'il y a plus d'un intermédiaire, alors vous devez envoyer un message directement à la personne visée. « Ceci suppose que cette dernière accepte de recevoir des messages via le réseau social, ou alors que le candidat recherche l'adresse mail du recruteur et qu'il le contacte directement via sa messagerie web », précise Jacques Froissant. Mais attention : sur certains réseaux comme LinkedIn, vous devez préacheter des packs de messages (Inmails) pour pouvoir en adresser à vos contacts.

La bonne manière d'entrer en contact

Soyez clair et « cash ». En 4 ou 5 lignes maximum, précisez que vous êtes connecté par l'intermédiaire d'une personne en particulier, et que vous souhaitez rencontrer votre interlocuteur pour évoquer des opportunités de carrière en alternance. Expliquez que vous êtes prêt à lui détailler vos motivations de vive voix.

Dans le cas où la personne contactée n'est pas le bon interlocuteur, demandez-lui de vous recommander auprès de la personne en charge de l'alternance dans l'entreprise. Les personnes présentes sur ces réseaux s'exposent à recevoir des messages de ce type, sinon elles verrouilleraient leur compte, ne tournez donc pas autour du pot. Soyez efficace, vous gagnerez du temps... et elle aussi !