Google arrive, pour la quatrième année consécutive, en tête du classement des employeurs les plus attractifs du monde, établi par le cabinet Universum. Du côté des futurs diplômés en management, les sociétés high-tech continuent d'être très bien cotées, tout comme chez les futurs ingénieurs. Mais des différences notables les séparent, notamment au niveau des banques...

Google, une des entreprises préférées des étudiants Google, une des entreprises préférées des étudiants
Google arrive une nouvelle fois en tête des employeurs les plus attractifs du monde.

Les années passent et Google confirment sa bonne place dans le cœur des jeunes diplômés. La firme de Mountain View arrive en effet une nouvelle fois en tête des employeurs les plus attractifs pour les jeunes diplômés, révèle la cinquième édition du classement Universum "Global Top 50". Un palmarès établit suite à la consultation de 144 000 étudiants des filières "gestion" et "ingénierie" des universités et écoles des douze plus grandes économies mondiales (Etats-Unis, Japon, Chine, France, Allemagne, Angleterre, Italie, Brésil, Espagne, Canada, Russie et Inde).

Si Google est au sommet de la hiérarchie des employeurs préférés, les groupes français parviennent à se hisser à des places honorables. L'Oréal est ainsi présente dans les deux Top 50 : le groupe de cosmétiques gagne une place chez les futurs managers (12e), mais en perd 7 chez les futurs ingénieurs (29e). De son côté, LVMH se classe pour la première dans le Top 50 des futurs ingénieurs, après avoir gagné 11 places, tandis que, chez les étudiants commerciaux, le groupe de luxe n'en gagne "que" deux et se positionne au 25e rang.

Commerce : préférence pour la high-tech... et le boom des banques

Dans la catégorie commerce/management, le grand gagnant se nomme bien évidemment Google. "La fièvre Google est encore présente ! Les étudiants sont toujours attirés par l'environnement de travail de Google, détendu et créatif, son ambiance internationale et ses produits innovants", affirme Petter Nylander, PDG Universum, pour expliquer cette domination sans partage.De son côté, KPMG conserve sa deuxième place, et Procter & Gamble arrive pour la première fois en troisième position.

Au niveau des secteurs, les préférences des jeunes diplômés se partagent entre les secteurs des hautes technologies (Google et Microsoft), du conseil-audit (KPMG, Deloitte, Ernst&Young, PwC), et de la grande consommation (Procter&Gamble, Coca-Cola). Il faut également souligner la remontée fulgurante de certaines banques, notamment de HSBC, qui gagne 25 places et passe de la 51e place à la 26e.

Top 20 des étudiants en commerce/management

1. Google (1)*

2. KPMG (2)

3. Procter & Gamble (7)

4. Microsoft (6)

5. Deloitte (5)

6. Ernst & Young (4)

7. PwC (3)

8. J.P. Morgan (9)

9. Coca-Cola (12)

10. Goldman Sachs (10)

11. Apple (9)

12. L'Oréal (13)

13. BMW (14)

14. McKinsey (17)

15. Sony (11)

16. IBM (16)

17. The Boston Consulting Group (22)

18. Adidas (23)

19. Morgan Stanley (18)

20. Johnson & Johnson (15)

*Rang 2011

Ingénieur : le retour de l'énergie et... le flop des banques

Du côté des futurs ingénieurs, quelques surprises se sont immiscées par rapport à l'année passée, même si les cinq premiers employeurs les plus attractifs n'ont pas changé. Ce sont bien entendu les entreprises high-tech qui dominent le palmarès, avec Google, IBM, Microsoft, Intel, Apple, Sony. "Les géants de l'industrie du logiciel sont considérés comme d'excellentes entreprises pour débuter une carrière d'ingénieur ou en informatique. Ils offrent des possibilités de formation, de se créer un réseau, ainsi que des opportunités de carrière", explique Petter Nylander.

Quelques rares groupes industriels parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu. C'est notamment le cas du constructeur BMW et General Motors ; des groupes Siemens et Procter & Gamble. Les compagnies du secteur de l'énergie ont également de nouveau les faveurs des étudiants ingénieurs : General Electric gagne deux places (6e), Shell cinq (11e), Esso-Exxon Mobil trois (16e), BP sept (21e) et Schlumberger trois (26e)."Ces grands groupes sont considérés comme financièrement solides et donc rassurent", confie Nelly Riggenbach Hasler, Directrice Générale Europe Universum.

A noter enfin que les futurs ingénieurs semblent,eux, se désintéresser des banques. J.P. Morgan n'arrive qu'au 40e rang (-4), Goldman Sachs 31e (-1) tandis que Morgan Stanley sort tout simplement du classement...

Top 20 des jeunes diplômés en ingénierie

1. Google (1)*

2. IBM (2)

3. Microsoft (3)

4. BMW (4)

5. Intel (5)

6. General Electric (8)

7. Siemens (9)

8. Apple (7)

9. Sony (6)

10. Procter & Gamble (10)

11. Shell (16)

12. Volkswagen (14)

13. Johnson & Johnson (11)

14. Coca Cola (15)

15. General Motors (20)

16. Esso/ExxonMobil (19)

17. Ford Motor Company (17)

18. Toyota (18)

19. McKinsey (23)

20. HP (12)

*Rang 2011