Les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE) donnent depuis plus de 30 ans l'occasion à des doctorants d'effectuer leur thèse tout en acquérant une première expérience en entreprise.

Mettre au point un algorithme pour optimiser les procédés d'un industriel, développer un nouvel arôme alimentaire pour un fabricant de gâteaux, ou encore déterminer les facteurs d'attraction et de fidélisation de candidats pour un service de ressources humaines : autant d'exemples de travaux que pourront effectuer en entreprise des doctorants en mathématiques, en chimie ou en gestion dans le cadre du dispositif CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche).

Un contrat en alternance de niveau bac +8

A la manière d'un contrat en alternance, qui se pratique à un niveau de diplôme moins élevé, la CIFRE repose sur un accord tripartite, conclu entre un doctorant, un laboratoire de recherche et une entreprise.

En pratique, l'entreprise confie une mission de recherche à un doctorant, que celui-ci accomplira à plein temps dans le cadre de la thèse qu'il réalisera en partenariat avec son laboratoire de recherche.

L'intérêt de ce dispositif pour le doctorant est de pouvoir acquérir une première expérience professionnelle, tout en bénéficiant du double encadrement de son directeur de thèse et de son supérieur hiérarchique au sein de l'entreprise. Autre atout majeur : le doctorant sera salarié durant sa recherche et pourra se faire un premier réseau professionnel, voire être recruté à l'issue de sa thèse.

Les activités scientifiques et techniques amatrices de CIFRE

Selon l'Association Nationale Recherche Technologie (ANRT), en charge du pilotage des CIFRE, tous les secteurs d'activités ont recours au dispositif. En 2013, l'électronique, la communication et l'informatique sont les plus grandes utilisatrices (21 %), suivies des services recherche et développement ainsi qu'ingénierie (15 %) et de l'aéronautique et du spatial (13 %).

Mais des secteurs moins scientifiques comme l'agroalimentaire (2 %), le BTP (2 %) et l'édition (3 %) recrutent également des doctorants. A noter enfin que la majeure partie des entreprises ayant recours à ces conventions sont des PME ou des entreprises de moins de 250 salariés, qui profitent en premier lieu de l'aide financière octroyée par l'ANRT pour le recrutement d'un doctorant en CIFRE.

Du côté des profils de ces derniers, toutes les disciplines scientifiques sont représentées. En 2014, selon l'ANRT, ils effectuaient ainsi leur recherche dans les domaines des sciences pour l'ingénieur (20 %), des STIC (20 %), de la chimie et des matériaux (13 %), des sciences de la société (13 %) ou des sciences de l'homme (12 %).

La CIFRE : questions-réponses

Quel est le niveau de diplôme nécessaire pour signer une CIFRE ?

Il faut être titulaire d'un master ou d'un diplôme d'ingénieur (bac +5), obtenu il y a moins de trois ans. En outre, le candidat ne doit pas être inscrit en thèse depuis plus de neuf mois, ni être embauché dans l'entreprise depuis plus de neuf mois.

Combien de temps dure la CIFRE ?

Trois ans, dans le cadre d'un CDD de 36 mois ou d'un CDI.

Quand déposer une demande de CIFRE ?

Le postulant peut déposer, à tout moment de l'année, une demande de CIFRE sur le site dédié de l'ANRT (http://cifre.anrt.asso.fr).

Le doctorant touche-t-il un salaire en CIFRE ?

L'entreprise verse en effet un salaire au doctorant, qui ne peut être inférieur à 23 484 euros brut annuel.

Comment trouver une CIFRE ?

Chercher une CIFRE, c'est déjà se mettre en situation de recherche d'emploi, souligne l'ANRT. Pour cela, le futur doctorant peut consulter les offres déposées sur des portails scientifiques, s'adresser à son laboratoire de recherche (ou contacter les laboratoires où il souhaiterait effectuer sa thèse), ou encore contacter directement la ou les entreprises qui l'intéressent.

Dans le même temps, il devra rédiger un projet de recherche démontrant l'intérêt et la cohérence de son projet, afin de convaincre l'ensemble des acteurs de la CIFRE.

Dernière mise à jour : 18 septembre 2015