Le chômage repart à la hausse en août. Après plusieurs mois de baisse, le nombre de demandeurs d'emploi a bondi de façon spectaculaire. Mais sur le long terme, la tendance reste bonne.

Le revers est violent. Alors que la tendance était à la baisse depuis début 2016, le chômage a enregistré une hausse spectaculaire au mois d'août : + 50 200 personnes inscrites en catégorie A (n'ayant exercé aucune activité), soit une augmentation de 1,4 %.

Le chiffre est identique toutes catégories confondues. Fin août, la France métropolitaine compte 5,52 millions d'inscrits à Pôle emploi (5,82 millions avec l'Outre-mer), dont 3,56 millions de demandeurs d'emploi sans activité en métropole (3,81 millions dans la France entière). Cette forte progression ne suffit toutefois pas à faire inverser la tendance. Le chômage est toujours en baisse sur le long terme : - 23 700 inscrits en catégorie A depuis le début de l'année, et -10 900 sur un an. 

Contrecoup des attentats de juillet

Myriam El Khomri, ministre du travail, espère que ce pic « sans rapport avec l'évolution générale de la conjoncture » n'est que passager. Elle l'explique, dans un communiqué, par « les difficultés rencontrées dans certains secteurs d'activité particulièrement affectés par les attentats de juillet (tourisme, hôtellerie-restauration, commerce de loisir, notamment) ». Plus surprenant, le calendrier est mis en cause. Le ministère a en effet constaté « une augmentation inhabituelle du nombre d'actualisations des demandeurs d'emploi, due notamment à un effet calendaire (nombre de jours ouvrés plus élevé) ».

Même tendance chez les jeunes

La hausse du mois d'août concerne toutes les catégories d'âge, et plus particulièrement les moins de 25 ans (+2,3 %). Sur un an, le chômage des jeunes reste toutefois en baisse (-3,5 %).