A quelques semaines de la clôture des candidatures sur la plate-forme APB, Orientations s'intéresse à un cursus particulier : les bachelors. Ce diplôme, de plus en plus prisé par les étudiants, abonde d'offres et d'établissements. Résultat : pas toujours facile de trouver le bon bachelor. Comment choisir ? Avant de s'intéresser au programme d'études et à l'employabilité, la première étape est de bien préparer son projet.

Le bachelor a le vent en poupe ! Depuis quelques années, ce diplôme voit sa croissance s'accélérer au point, aujourd'hui, de compter plus de 300 cursus dans les écoles françaises. Si le bachelor concerne déjà une quinzaine de secteurs, de l'agriculture à l'hôtellerie, en passant par l'histoire de l'art ou le paramédical, le commerce et le management restent, de loin, les deux activités les plus représentées. 

Dans ce panel d'offres, difficile de faire son choix. Orientations vous propose de vous aider à y voir plus clair. Comment choisir son bachelor en commerce ? Quel diplôme, quel établissement est fait pour soi ? Les critères de différenciation des écoles sont particulièrement nombreux. Chaque établissement a ses points forts et ses points faibles, comme en témoignent les différents classements d'écoles de commerce édités par de grands médias et spécialistes tels Le Figaro, Le Point ou l'Etudiant

Pas question de se ruer sur Google et de rechercher « Classement des bachelors 2016 », « Meilleurs bachelors 2016 » ou « Quel bachelor choisir ? ». Avant d'affronter cette multitude de critères, il convient de se poser et de prendre un peu de recul. De commencer par le début. Et la première chose à faire, très importante, est trop souvent négligée : bien définir son projet.

Se poser les bonnes questions

Pour faire un choix cohérent, le futur bachelier doit avant tout identifier les critères les plus importants pour lui. Est-ce que je veux entrer rapidement dans la vie active ? Est-ce que je souhaite poursuivre en master ? Dessiner un projet, comme son nom l'indique, c'est se projeter. 

Insertion professionnelle ou poursuite d'études

Ces deux premiers points permettent déjà d'isoler deux cas de figure. Ainsi, le jeune qui souhaite se lancer dans de longues études privilégiera un bachelor reconnu pour la poursuite d'étude de ses diplômés, au sein du même établissement ou d'un autre. A l'inverse, celui qui mise tout sur une rapide insertion professionnelle cherchera un cursus à fort taux d'employabilité et, pourquoi pas, en alternance.

Dans le cas, répandu et normal, où ces questions ne trouvent pas de réponses définitives, l'étudiant peut tout à fait faire preuve de prudence. Un jeune qui souhaite attendre avant de prendre des décisions importantes, soit parce qu'il n'est pas sûr de ses envies, ou parce qu'il aimerait se faire porter par ses études avant de construire son avenir, pourrait dans ce cas opter pour un cursus qui permet à la fois de se professionnaliser et de poursuivre ses études. 

Bachelor à l'international

Une autre question traverse l'esprit de nombreux étudiants : celle de l'international. Est-ce que je souhaite travailler et/ou étudier à l'étranger ? Sans aller aussi loin, des situations plus ciblées peuvent déjà apporter des éléments de réponse : est-ce que j'aimerais apprendre une ou plusieurs nouvelle(s) langue(s) ? Là encore, les écoles n'offrent pas toutes les mêmes possibilités. Il convient alors de se renseigner sur les possibilités d'étudier et de faire des stages à l'étranger. Mais également de l'existence de partenariats ou d'accords entre écoles françaises et étrangères. D'autres éléments entrent en compte dans l'opportunité de se construire un réseau à l'international : la présence de d'enseignants, mais aussi d'étudiants étrangers au sein de l'établissement.

Trouver les bonnes réponses

Une fois les réponses à ces questions plus ou moins identifiées, il faut savoir reconnaître les gages de qualités d'une école. Des reconnaissances sont accordées par différents acteurs selon les compétences des cursus. 

Bachelors visés par l'Etat

Le visa de l'Etat indique la crédibilité des bachelors décorés. Attribué par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, il est délivré pour une période de un à six ans. L'insertion professionnelle des diplômés, la portée internationale ou l'activité du corps professoral sont des critères d'évaluation pris en compte.

Bachelors reconnus par les entreprises

Deux labels professionnels sont également attribués. Celui du Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) récompense les écoles privilégiant l'alternance. Ceux qui émanent d'une chambre de commerce et d'industrie (CCI) sont attribués à des formations bachelor reconnues par l'Etat et pilotées par les CCI.

Accréditations internationales

Enfin, certains bachelors jouissent d'accréditations internationales. L'Equis est attribué aux établissements qui assurent un haut niveau de qualité académique, des relations avec le monde de l'entreprise à l'international et un solide potentiel de recherche. L'AACSB est accordé par une association américaine aux meilleures écoles de commerce mondiales. Engin, l'Amba est un label britannique qui récompense les programmes qui répondent à des objectifs élevés en termes de professionnalisation

Classements des bachelors

En outre, pour l'année 2016, deux classements des bachelors ont déjà été édités, par Challenges et l'Etudiant. Pour chacun d'entre eux, il est possible de consulter la méthodologie et l'importance de certains critères. Le site de l'Etudiant permet même de recréer un classement selon les critères déterminants pour le futur inscrit.

Par ailleurs, il est toujours possible de consulter les classements des écoles de commerce, dans lesquels sont représentés de nombreux établissement proposant des formations bachelor.

Derniers critères pour un choix final

Une fois une short list de bachelors établie, on peut (enfin) passer aux tous derniers critères. Objectif : dégager un ordre de préférence. Parce que les études, ce n'est pas que les bancs de l'école, il ne faut pas oublier de jeter un œil aux villes et régions où sont implantés les établissements. Eloignement géographique par rapport aux parents, climat, coût de la vie étudiante, offre culturelle et sportive, où vont les potes, transports en commun, possibilité de trouver un job étudiant, vie nocturne... Tant de petits critères qui vont peser dans la balance. Même s'il en reste un qui pourrait bien tout chambouler : les frais de scolarité.


Parmi tous ces critères, des attentions particulières doivent être apportées aux programmes d'études et à la professionnalisation. A partir de la semaine prochaine, Orientations développera ces points précis et vous aidera à les analyser.