Dès la sortie du lycée, de nombreux jeunes choisissent optent pour une école d'ingénieurs. Et ils sont nombreux également à choisirent de passer par une prépa avant d'intégrer une école. Mais comment bien choisir son établissement ? Voici quelques pistes pour s'y retrouver.

Quelle école d'ingénieurs intégrer ? Le choix de l'établissement pour les trois, quatre ou cinq suivantes reste une décision majeure pour répondre à ses objectifs professionnels. Mieux vaut donc s'appuyer sur des critères concrets pour se décider. Labels, classements, réseaux d'anciens... Orientation-Education vous donne des pistes pour bien faire son choix.

Le Graal : l'habilitation CTI

L'une des principales pistes à suivre pour bien choisir son école est celle des visas, labels et autres habilitations. Parmi ces derniers, l'habilitation du titre par la Commission des Titres d'Ingénieurs (CTI) est la plus haute marque de qualité. Il s'agit de la seule instance qui garantit et certifie le diplôme des écoles. 

Concrètement, les écoles habitiées CTI ont le droit de déliver des titres d'ingénieurs. C'est donc un passeport très important pour l'emploi, même si les postes d'ingénieurs ne sont pas réservés aux titulaires d'un tritre. Au total, 30 000 titres d'ingénieurs sont délivrés chaque année en France, par près de 210 écoles.

Créée en 1934, la CTI regroupe 32 membres. Il s'agit de directeurs ou anciens directeurs d'école, d'enseignants, de syndicalitste, de représentants de ministères ou des organisations professionnelles. Ce sont eux qui décident de délivrer l'habilitation (ou pas), pour une durée allant jusqu'à six ans, renouvelables.

Plusieurs critères sont pris en compte : un enseignement approfondi en sciences de base, une formation complète aux méthodes de l'ingénieur (gestion de projet, maîtrise des systèmes complexes et l'informatique), une approche concrète des technologies de l'information et de la communication, une ouverture aux sciences économiques, sociales, humaines, juridiques et à la gestion de l'entreprise ou encore la pratique des langues étrangères.

L'apport de la Conférence des Grandes Ecoles

D'autre part, l'appartenance de l'établissement à la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) est également importante. Cette association de Grandes Ecoles d'ingénieurs, de management et de haut enseignement multiple ou spécifique, prend en compte un certain nombre de critères d'adhésion : la taille de l'école, la sélection opérée à l'entrée, la formation et le corps enseignant, les relations avec les entreprises ou encore la dimension internationale. A noter que la CGE est la seule à accréditer les mastères spécialisés (MS) ou les MSc.

Enfin, l'école peut être inscrite au RNCP (Répertoire National de la Certification Professionnelle), pour une durée de trois à cinq ans. Il s'agit d'un témoin de la bonne employabilité des diplômés qui indique que la formation est bien adaptée aux attentes des professionnels. Sont ainsi pris en compte des paramètres tels que le statut, le salaire, le type de contrat ou encore le temps d'insertion sur le marché du travail.

D'autres labels de qualité existent également : le label Queste (Quality System of European Scientific and technical Education) ou encore le label Eur-Ace, accréditation des formations d'ingénieurs en Europe au niveau bachelor et master.

Le réseau pour bien débuter sa carrière

Autre indice à prendre en compte avant de faire son choix : le réseau. Ce dernier doit permettre aux étudiants de tisser des liens avec les diplômés de l'école mais également les entreprises, et ce, tout au long de leurs études.

L'objectif est ainsi de faciliter les recrutements des élèves ingénieurs. Il convient donc de s'assurer que l'établissement visé, fait du développement des partenariats avec les professionnels, une importance majeure. En outre, chaque réseau se définit comme un vivier de talents solidaires et efficaces.

Les classements des écoles d'ingénieurs

De nombreux magazines et sites internet proposent chaque année leur classement des meilleures écoles d'ingénieurs. Ces sources d'informations restent en effet un moyen pour les candidats et leurs parents de se faire une idée. Néanmoins, avec des accréditations, des pédagogies et des formations souvent similaires il reste difficile de distinguer les particularités des unes ou des autres.

Ainsi, ces palmarès permettent de se repérer dans la « jungle » des écoles mais ne constituent pas le seul critère de sélection. Mieux vaut se renseigner auprès des professeurs, des professionnels ou des étudiants et diplômés, pour avoir un avis concret sur l'établissement qui semble correspondre le plus à ses attentes.  

L'insertion professionnelle

Les écoles affichent volontiers des taux d'insertion professionnelle records sur leur plaquette : 90 %, 95 %, parfois 100 %. Là encore, il convient de rester vigilant et de s'informer sur le mode de calcul avant d'arrêter son choix.

Il ne faut donc pas hésiter à se renseigner sur les délais d'obtention d'un emploi et des salaires moyens des diplômés, mais également sur les partenariats mis en place avec les entreprises (groupes français ou internationaux).

De l'importance de l'aspect financier

Pour finir, l'aspect financier peut fortement jouer. Si la plupart des écoles d'ingénieurs reconnues par la Commission des titres d'ingénieur (CTI) sont publiques, et donc gratuites, des frais d'inscription (mais aussi de concours) sont à prévoir. De nombreuses écoles privées affichent par ailleurs des tarifs parfois élevés, pouvant aller jusqu'à 6 500 euros par an.