Les 208 000 élèves de terminale scientifique ont expérimenté une nouvelle formule du baccalauréat. Avant même de commencer leurs examens, les lycéens ont eu accès aux sujets de physique-chimie et de sciences de la vie et de la Terre (SVT) avec l’aide du ministère de l’éducation nationale.

C’est une information pour le moins surprenante qu’a dévoilé France Info ce matin. Alors que les candidats au baccalauréat s’apprêtent à terminer leur première semaine d’examens, les élèves de la série scientifique ont testé une nouvelle formule du fameux diplôme national. Pour la première fois, ils ont pris connaissance, à l’avance, des sujets de l’épreuve de physique-chimie ou de SVT, selon leur spécialité.

160 sujets accessibles sur internet

Plus précisément, c’est l’épreuve anticipée d’évaluation des compétences expérimentales (ECE) qui était visée. Cette épreuve s’est déroulée entre le 4 et 8 juin dernier dans tous les lycées français. Le but est d’évaluer les compétences pratiques, notamment la manipulation scientifique des candidats, en plus de l’épreuve écrite de physique-chimie et de SVT. Lors de l’épreuve, les lycéens tirent au sort un sujet et réalisent leur expérience devant leurs professeurs. 

Cette année, la liste des sujets était disponible en avance sur le site du ministère. Au total, 160 thématiques étaient abordés. Si pour certains candidats, ce nouveau procédé était un réel avantage, pour d’autres, impossible de réviser tous les sujets. « Il y (en) avait tellement internet, qu’on ne peut pas tout voir pour anticiper ce qui va tomber », explique une élève à France Info.

Un dispositif bientôt généralisé

Pour l’instant, l’expérimentation reste timide. Même si la physique-chimie et la SVT font partie des matières les plus importantes pour les terminales S, l’ECE ne correspond qu’à un cinquième de la note, soit 4/20. La connaissance des sujets est donc loin de garantir aux élèves l’obtention de leur diplôme. 

Néanmoins, cette nouvelle formule s’inscrit dans un processus à long terme. En effet, le ministère de l’éducation nationale souhaiterait étendre ce dispositif à toutes les disciplines évaluées en contrôle continu en 2021. Selon France Info, l’histoire-géo et l’anglais pourraient bientôt être concernés.