La formation CAP se répartit entre enseignements généraux et enseignements technologiques et professionnels. Des semaines de formation en entreprise sont également prévues au cours du cursus.

Le programme de la formation CAP

La formation CAP se répartit entre enseignements généraux (15 à 17 heures par semaine) et enseignements technologiques et professionnels (17 à 18 heures par semaine) auxquels s'ajoutent 12 à 16 semaines de formation en entreprise, réparties sur deux années.

Matières générales du CAP

Français, histoire-géographie, mathématiques et sciences (sciences physiques ou appliquées en fonction de la spécialité), LV1, arts appliqués et cultures artistiques, éducation civique juridique et sociale, vie sociale et professionnelle.

Il est possible de suivre des enseignements facultatifs (langue vivante étrangère ou régionale, éducation physique et sportive, expression artistique) et, si besoin est, de bénéficier de l'aide individualisée en français et/ou en mathématiques dès la première année.

Les enseignements technologiques et professionnels du CAP

Cours théoriques, travaux pratiques, travaux en atelier, en laboratoire ou sur un chantier. Tout est mis en œuvre pour acquérir les savoir-faire et la technologie propres au métier visé. La validation du diplôme CAP s'obtient après un examen. La moyenne à l'ensemble des unités d'enseignement et à chacune des unités professionnelles reste la clé de la réussite.

Que faire après un CAP ?

Même si la finalité première de la formation CAP est l'entrée dans la vie active, les diplômés ont la possibilité de poursuivre leurs études afin de se spécialiser ou d'acquérir un plus haut niveau de formation en préparant :

  • un nouveau CAP en un an
  • un Brevet Professionnel (BP)
  • un Brevet Technique des Métiers (BTM)
  • une Mention Complémentaire (MC)
  • une Formation Complémentaire d'Initiative Locale (FCIL)
  • un Brevet des Métiers d'Art (BMA) après un CAP des métiers d'art
  • un Bac Professionnel en deux ans

La rénovation de la voie professionnelle a ouvert une nouvelle passerelle entre le CAP et le nouveau bac pro en trois ans. Ainsi, les titulaires d'un CAP pourront rejoindre le cursus Bac pro directement en deuxième année, aussi appelée première professionnelle.

Malgré toutes ces possibilités, la poursuite d'études après le CAP demeure minoritaire.

Le CAP : les plus et les moins

Les plus du CAP

L'équilibre du triptyque enseignements généraux - enseignements technologiques et professionnels - périodes en entreprise permet une acquisition optimale des bases du métier visé.

Plus de la moitié des spécialités de CAP se préparent actuellement par apprentissage. Un must pour garantir une expérience professionnelle reconnue.

Dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle, le CAP devient, avec le BEP rénové, le diplôme intermédiaire associé au bac pro en trois ans.

Les moins du CAP

La formation CAP forme à des techniques précises pour exercer un métier pointu. Il est très ciblé et limite donc les possibilités de poursuite d'études...

Le marché de l'emploi après un CAP

Toutes spécialités confondues, l'insertion sur le marché de l'emploi reste plutôt bonne pour les titulaires du CAP : en 2010, seuls 15% des titulaires d'un CAP spécialité industrielle et 22% des titulaires d'un CAP spécialité tertiaire étaient au chômage selon le Céreq, qui note une différence d'environ 10% par rapport aux jeunes ayant quitté leur scolarité sans diplôme.

Certains secteurs recrutent en masse et ouvrent de réelles opportunités de carrière aux jeunes diplômés : bâtiment, agriculture, mécanique, métiers de bouche ...

Témoignage d'un diplômé du CAP : Étienne, CAP Charpentier bois

“Après l'obtention de mon BTS Négociation relation client (NRC), j'avais le sentiment de m'être trompé de voie... Mon vrai désir était d'exercer un métier manuel. Après mûre réflexion, j'ai décidé de m'orienter vers un CAP Charpentier bois en alternance. Je partage donc mon temps entre l'entreprise et les cours. Le rythme est soutenu, mais j'ai réellement l'impression de me réaliser dans le concret et de me préparer à un métier.”