Qualité de l'encadrement et du suivi, caractère professionnalisant, le BTS cumule tous les atouts. Mais quels sont les BTS les plus porteurs ?

Métiers du paysage : les opportunités fleurissent

Les jardiniers paysagistes ont récemment rejoint le club des professions offrant les meilleures opportunités d'emploi. Les entreprises du secteur connaissent en effet un taux de croissance annuel compris entre 4 et 5 %.

Les jeunes diplômés titulaires d'un BTSA Aménagements paysagers peuvent donc, selon leurs affinités et leurs projets, s'orienter vers des fonctions de responsable de chantiers, technicien supérieur de bureau d'études, responsable des aménagements paysagers au sein d'une collectivité territoriale ou encore responsable de l'entretien des espaces verts dans une ville.

Selon l'Union nationale des entrepreneurs du paysage (Unep), 66 000 professionnels salariés évoluent dans ce secteur... et ce chiffre ne cesse de croître.

Quelle que soit la spécialisation choisie, les techniciens supérieurs sont assurés de trouver des débouchés rapides : entre 2010 et 2012, la profession a gagné 7 500 actifs. Ainsi en 10 ans, près de 38 000 personnes ont intégré le secteur du paysage. La moitié des employeurs a déclaré rencontrer des difficultés face à la pénurie de candidats.

« Le secteur du paysage se porte bien, confirme Jacques Samson, secrétaire général adjoint de l'UNEP (Union nationale des entrepreneurs du paysage) en charge de la formation. La croissance est constante depuis près de dix ans et l'embauche régulière, quel que soit le niveau de formation atteint. Les entrepreneurs du paysage recherchent autant des ouvriers spécialisés que du personnel d'encadrement, poursuit-il. Leur exigence première : des professionnels qualifiés et immédiatement opérationnels. »

C'est pourquoi les jeunes diplômés d'une formation en alternance sont particulièrement appréciés. Sur les trois dernières années, les entreprises du paysage ont créé plus de 7 000 emplois en solde net... et les perspectives sont à l'avenant.

Métiers de l'hôtellerie-restauration : des formations à la carte

En moyenne, sept mois ont suffi à 88 % des 2 121 diplômés de l'année 2006 pour trouver un emploi. C'est dire le manque cruel de main-d'œuvre qualifiée dans ce secteur. Les CHRD (cafés, hôtels, restaurants, discothèques) sont le quatrième employeur privé de France et génèrent un chiffre d'affaire annuel de 80 milliards d'euros, soit plus de la moitié de la consommation touristique annuelle selon les chiffres de l'UMIH (l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie).

Le Centre d'analyse stratégique (CAS) prévoit la création de 56 000 emplois dans le secteur entre 2011 et 2016 ans. Pourtant, l'image négative liée à la pénibilité du travail et à ses horaires contraignants freine parfois les vocations.

Métiers de la vente : les recrutements s'emballent

Ces BTS figurent parmi ceux qui comptent le plus de diplômés. Les raisons de cet engouement ? Un secteur en perpétuel recrutement qui offre de larges débouchés. Qu'il s'agisse de la banque, des assurances, de la téléphonie mobile ou de la distribution, une même analyse demeure : un bon commercial se définit comme un atout majeur. D'où les excellentes perspectives d'évolution visant les éléments les plus prometteurs.

Les titulaires d'un BTS Négociation et relation client (NRC) séduisent particulièrement les entreprises puisqu'ils sont idéalement formés à la variété des métiers commerciaux. Selon l'APEC : "Pour réussir dans les métiers de la vente, une formation spécialisée constitue désormais un sésame indispensable.

Les BTS Négociation et relation client et BTS Management des unités commerciales comptent parmi les cursus plébiscités par les recruteurs ». Autre impératif : maîtriser les nouvelles technologies. Quant à la pratique de l'anglais, elle est devenue un critère de sélection à part entière.

Métiers du bâtiment : un avenir construit sur des bases solides

D'après la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), « les ouvriers qualifiés, techniciens et agents de maîtrise du bâtiment devraient bénéficier de créations d'emploi à l'horizon 2020, favorisées par l'augmentation du nombre des ménages, par la rénovation et l'adaptation du parc de logements au vieillissement de la population et à la dépendance et par le développement des normes réglementaires et environnementales. En bref : les BTS Bâtiment et Travaux publics ont la cote.

Les jeunes techniciens supérieurs assument souvent de nombreuses responsabilités puisque leurs attributions couvrent aussi bien le domaine des études techniques et économiques que la préparation des chantiers et la réalisation des travaux dans le respect de la sécurité, des délais et des coûts évidemment ! « C'est une des raisons pour lesquelles ces BTS sont si attractifs aujourd'hui, confirme Bruno Dumas, ex-président de la commission "Formation" de la Fédération française du bâtiment et actuel président de la FBB Midi-Pyrénées. Les jeunes qui se lancent dans ces formations ont de réelles possibilités de carrière et d'évolution ».

La politique de rémunération y est assez forte. Le bâtiment compte en effet parmi les industries appliquant les salaires les plus élevés. « Nos métiers, de plus en plus techniques, nécessitent un encadrement croissant. De nouvelles constructions continueront à voir le jour mais il faut aussi penser à s'adapter aux structures plus anciennes », conclut Bruno Dumas.

Dans le BTP, les besoins augmentent et les perspectives qui s'ouvrent aux jeunes diplômés de ces BTS sont toujours intéressantes.

Métiers du grand âge : un pari sur l'avenir

Les progrès constants de la médecine occasionnent une augmentation sans précédent de l'espérance de vie. Cette donnée positive, additionnée aux conséquences du baby-boom, explique le nombre croissant de personnes âgées de plus de 85 ans vivant en France. Résultat, les BTS du paramédical et du social sont de plus en plus appréciés et créent des emplois chaque année.

Selon l'INSEE, la part des 65 ans et plus devrait atteindre près de 29 % de la population française en 2050, d'où de forts besoins enregistrés dans cette branche ! Le BTS Economie sociale familiale suscite donc toutes les convoitises puisqu'il prépare les jeunes à intervenir auprès des personnes âgées.

Enfin, le BTS Diététique ouvre sur un important champ de possibles grâce aux campagnes communiquant sur l'équilibre nutritionnel et aux besoins croissants recensés dans les Hôpitaux, vieillissement de la population oblige. "Mes stages en maison de retraite m'ont démontré qu'il existait de forts besoins dans cette branche », confirme Sabrina Elio, étudiante en BTS Technicien en économie sociale et familiale.

Ces métiers sont cruciaux pour le bien-être et la dignité des personnes âgées. « Mon rôle est de les recevoir, de les écouter et d'élaborer avec elles des plans d'aide personnalisée : ateliers de mémoire, groupes de parole ou recherche d'aides financières. Vu les carences, je sais déjà que je n'aurai aucun mal à trouver un CDI lorsque je validerai mon diplôme ", estime-t-elle.

Métiers de la banque : un portefeuille de possibilités

Pour pallier les départs massifs à la retraite des baby-boomers, les banques rajeunissent leurs effectifs et proposent des centaines de postes de conseiller de clientèle en agence.

En 2013, selon la Fédération française bancaire (FFB), les employeurs du secteur ont courtisé assidûment les jeunes diplômés : sur 24 000 recrutements, 64 % concernent des jeunes de moins de 30 ans, dont la moitié ont un niveau bac+2/3. Les besoins restent tels que les titulaires d'un BTS Banque, BTS MUC (Management des unités commerciales) ou BTS NRC (Négociation et relation client), voire BTS Assistant de gestion PME-PMI, ne craignent pas les affres du chômage.

Par ailleurs, les jeunes salariés s'ouvrent des perspectives d'évolution fulgurantes. Il n'est ainsi pas rare de débuter comme conseiller clientèle "particuliers" pour rejoindre ensuite les marchés professionnels (artisans, commerçants, professions libérales) avant de devenir chargé d'affaires "entreprise" puis responsable d'une agence.

Dernière mise à jour : 9 mars 2015