Lors d’un weekend d’intégration fin septembre, ils se seraient dénudés et auraient forcé des étudiants à boire.

Deux étudiants de l’école Centrale de Nantes ont été expulsés, fin mars, pour des faits ayant eu lieu lors d’un weekend d’intégration, fin septembre 2016. Un troisième étudiant a été sanctionné d’une exclusion avec sursis, rapporte 20 Minutes.

Sanctions inédites

Fin septembre, alors que des centaines d’étudiants se rendent à La Rochelle en car pour un weekend d’intégration, des élèves de 2e année se seraient dénudés et auraient forcé certains camarades à boire de l’alcool. Les sanctions prises par l’établissement contre ces étudiants sont inédites : une expulsion définitive pour l’un, une expulsion avec impossibilité de postuler pendant deux ans pour un autre et une expulsion d’un an avec sursis pour le troisième. 

Arnaud Poitou, directeur de l’école Centrale, a expliqué à 20 Minutes que « l’école est intransigeante autour de tout ce qui peut s’apparenter à du bizutage. D’autant que ce qui s’est passé dans ce bus n’est pas conforme à la charte signée par tous les élèves au départ de ce weekend d’intégration. »

« Position ambiguë »

Alors que l’un des étudiants sanctionnés conteste la décision, d’autres pensent que cette affaire n’a pas été gérée avec la gravité qu’elle mérite. 20 Minutes rapporte ainsi avoir reçu un communiqué anonyme, intitulé « Stop bizutage », qui dénonce la « position ambiguë » de la direction et une « relativisation de la gravité des faits ». 

Le directeur reconnaît penser que « les faits sont assez anodins par rapport à ce qu’il peut se passer ailleurs », mais se veut ferme : « J’ai décidé de ne rien laissé passer. Pour que de fil en aiguille, on n’arrive pas à des situations vues dans d’autres écoles. »