Une dizaine d’écoles d’ingénieurs pourraient proposer une formation en apprentissage de deux ans à la rentrée 2019.

L’apprentissage a le vent en poupe. Chaque année, le nombre d’apprentis en école d’ingénieurs augmente de 10 %. En 2016, ils étaient 20 901 à choisir cette voie, ce qui représente 15 % des étudiants. 

Actuellement, les futurs ingénieurs ont l’obligation d’effectuer trois ans d’apprentissage, en licence 3, master 1 et master 2. Mais suite à la demande de certaines écoles, la commission des titres ingénieurs (CTI) et le ministère de l’enseignement supérieur comptent proposer une nouvelle formation de trois ans, dont une année passée sous le statut d’étudiant et les deux autres en tant qu’apprenti. 

Pour un « recrutement diversifié »

Cette formation permettrait aux écoles d’attirer de nouveaux profils. Notamment les élèves issus de classes préparatoires aux grandes écoles ou de prépa intégrée. Ils bénéficieront d’une année transitoire pour se former et se préparer à leur futur métier, avant d’entrer en contact avec les entreprises. 

Ce cursus serait aussi bénéfique pour les diplômés de bac +2 qui cherchent à intégrer une école d’ingénieurs pour suivre une formation spécifique. « Il peut leur falloir une année pour se mettre à niveau avant de se lancer dans l’alternance », nuance Jean-Marc Théret, vice-président de la CTI, à EducPro.

Une formation distincte 

Pour autant, cette formation spécifique ne remplacera pas l’alternance en trois ans. Les écoles pourront proposer les deux formations à leurs étudiants, à partir de 2019. Le directeur de Polytech Lyon, Emmanuel Perrin, compte d’ailleurs l’utiliser comme complément : « Elle sera réservée à un nouveau public, et non aux candidats issus de DUT et de BTS, qui eux, auront accès à la formule d’alternance en trois ans ».

Une dizaine d’écoles intéressées

En attendant, le lancement de cette formation n’est encore qu’un projet. L'été dernier, une dizaine d’écoles d’ingénieurs, sur les 208 habilitées, ont fait parvenir leur candidature à la CTI, pour lancer la formation en 2019. « Les écoles candidates doivent déjà proposer l’apprentissage, cette formation doit être nouvelle et non une conversion d’un cursus de trois ans en deux ans », souligne Jean-Marc Théret.

La CTI devrait prendre sa décision sur les établissements sélectionnés au cours de l’année 2018, avant de débuter l’expérimentation à la rentrée 2019.