Bien plus qu'une épreuve de restitution de connaissances, la physique-chimie requiert de la réflexion de la part des candidats. Particulièrement en filière scientifique.

La physique-chimie est une matière qui évolue, surtout en filière scientifique. Aujourd’hui, elle ne sert plus uniquement à apporter un socle de connaissances à des élèves, mais elle leur permet également de résoudre un problème précis en utilisant les notions vues en cours

Epreuve de réflexion

C’est aussi l’évolution qu’a suivie l’épreuve. « Beaucoup d’élèves ont du mal à comprendre que l’épreuve de physique-chimie, ce n’est pas que restituer des connaissances », reconnaît Anne-Clémence Van Langenhove, professeure de physique-chimie au lycée Saint-Esprit de Landivisau (29). Le jour de l’examen, les élèves doivent en effet s’attendre à résoudre une étude de cas en mobilisant l’ensemble de leurs connaissances, mais pas que. Selon l’enseignante de lycée, elle comporte ainsi « environ 40 % de connaissances, et 60 % de réflexion ». Dès lors, comment arriver bien préparé le jour J ?

« Il ne faut pas négliger un seul chapitre », prévient Anne-Clémence Van Langenhove. Les notions des cours de terminale, mais aussi de première et de seconde, doivent être connues et maîtrisées. Pas question pour autant de se replonger dans ses vieux cours de physique ou de chimie : « En terminale, les anciennes notions sont acquises, c’est trop tard pour les réviser. »

Maîtriser toutes les notions

Pour des révisions efficaces avant le bac, la professeure recommande de relire les fiches de chaque chapitre et de refaire les exercices, pour bien appréhender l’utilité de chaque notion. Il faut également apprendre les formules par cœur, et ne pas se reposer sur la mémoire de sa calculatrice. Car même si le mode examen ne sera pas obligatoire en 2018, les calculatrices peuvent être interdites. Parmi les autres éléments à relire : les définitions, protocoles, conversions, schémas, équations, etc.

Le jour de l’examen, les élèves pourront travailler sur des notions qu’ils n’ont pas vues en cours. Dans ce cas, pas de panique : les formules utiles seront fournies dans les annexes et les questions ne compteront sur rien que les candidats ne sont pas en mesure de comprendre. « Souvent, les réponses sont dans les documents », alerte même Anne-Clémence Van Langenhove. 

Attention au vocabulaire scientifique

En physique-chimie, restituer ses connaissances n’est donc pas suffisant. Il ne faut pas hésiter à pousser la réflexion, particulièrement pour les élèves ayant suivi l’enseignement de spécialité. Et pour ceux qui ont plus de mal avec la matière, une bonne stratégie est de commencer par les notions connues et maîtrisées afin d’assurer les points, avant de se pencher sur les questions plus difficiles

Dernier point, concernant le soin apporté à la copie. Si dans cette épreuve scientifique, les correcteurs ne sont pas très regardants sur l’orthographe (dans la mesure du raisonnable bien évidemment), l’enseignante met tout de même en garde contre « les fautes sur le vocabulaire scientifique », qui peuvent être « agaçantes », au point de parfois coûter quelques points.