L'école de management de Strasbourg, par l'intermédiaire de sa directrice générale, Isabelle Barth, a réaffirmé sa volonté de conserver son nom, malgré l'injonction faite par l'EM Lyon, exigeant de cesser d'utiliser la marque "EM Strasbourg" et "EM".

Campus EM Lyon Campus EM Lyon
L'injonction de l'EM Lyon n'a pas le résultat escompté... bien au contraire !

Depuis hier, la polémique ne cesse d'enfler suite à la réception par l'EM Strasbourg d'une injonction de l'école de commerce lyonnaise exigeant de "cesser tout usage des noms "EM Strasbourg" et "EM" à quelque titre que ce soit". Et ce, d'ici le 5 décembre prochain !

"L'EM Strasbourg gardera son nom"

La directrice de l'école de management strasbourgeoise, Isabelle Barth, vient ainsi de réaffirmer, dans la matinée, via son compte Twitter : "Guerre des marques, on me pose beaucoup la question : l'#EMStrasbourg gardera son nom et continuera à travailler sereinement au développement de son projet".

Une réponse sans équivoque, qui intervient après une première réaction de la directrice auprès de nos confrères d'EducPros affirmant que "cette procédure est enclenchée alors que le groupe a lancé une campagne de communication efficace. Ils veulent nous empêcher d'exister."

"Deux systèmes juridiques complètement différents"

Les responsables de l'EM Strasbourg mettent également en avant que les deux écoles de commerce ont "deux systèmes juridiques complètement différents. Il n'y a aucune raison de vouloir leur ressembler. L'EM Lyon dépend de la chambre de commerce et nous sommes rattachés à l'université de Strasbourg. Nous n'aurions aucun intérêt à vouloir devenir une antenne de Lyon."

Enfin, l'injection de l'EM Lyon a provoqué le "buzz" sur les réseaux sociaux, avec de nombreuses réactions, notamment de dirigeants et d'étudiants de l'EM Strasbourg. Ainsi, sur Twitter, Théo Haberbusch a écrit que, "en tant que directeur communication d' @EMStrasbourg, je veux rassurer l' @emlyon : on ne cherche pas à leur ressembler". Côté étudiant, les commentaires ont été nombreux, aussi bien sur Facebook que sur Twitter, à l'image du tweet de Julie Marie Millot : "Se démarquer dans le monde impitoyable des #esc n'est pas chose aisée, mais une guerre de nom ! Navrant !"