Le ministère de l’éducation nationale vient de publier les chiffres définitifs du baccalauréat 2017. Quelles que soient les filières, les taux de réussite sont en baisse par rapport à 2016.

En 2017, 17 500 lycéens supplémentaires ont passé leur baccalauréat. Pourtant, ils sont de moins en moins nombreux à obtenir leur diplôme. L’année dernière, sur les 732 700 candidats, 87,9 % d’entre eux ont décroché leur examen. Un taux de réussite en baisse de 0,7 point par rapport à 2016. Les bacheliers généraux restent, comme chaque année, les plus diplômés.

Plus de neuf bacheliers généraux sur dix diplômés

En effet, 90,6 % des bacheliers généraux ont obtenu leur bac en 2017, contre 90,4 % des bacheliers technologiques et 81,5 % des bacheliers professionnels. Avec 15 100 candidats supplémentaires, dont 8 000 en ES, la filière générale reste celle qui attire le plus de bacheliers. En cinq ans, le nombre de candidats en filière générale a augmenté de 13,6 %.

Evolution du taux de réussite au baccalauréat. ©Ministère de l'éducation nationale Evolution du taux de réussite au baccalauréat. ©Ministère de l'éducation nationale

Néanmoins, la filière générale compte, proportionnellement, de moins en moins de diplômés depuis plusieurs années. Entre 2013 et 2017, le taux de réussite des bacheliers généraux est passé de 92 % à 90,6 %. Contrairement aux filières technologiques et professionnelles qui voient leur taux de réussite stagner depuis 2014. Certaines filières technologiques ont même des taux de réussite largement supérieures à celui des filières générales comme les techniques de la musique et de la danse (97,8 %), les sciences et technologies du design et des arts appliqués (96,4 %) ou l’hôtellerie (93,7 %).

 « Très bien », la mention exceptionnelle 

A l’image des admis, les mentions sont elles aussi très disparates selon les filières. L’année dernière, près d’un étudiant sur deux a obtenu une mention au bac (47,3 %). C’est notamment le cas des bacheliers généraux, dont 13 % d’entre eux ont décroché une mention « très bien ». Ils sont même jusqu’à 31,3 % pour les bacheliers S spécialité SVT-Maths ou 23,2 % pour les bacheliers L spécialité langues anciennes. Contrairement aux filières technologiques et professionnelles où la mention « très bien » reste très occasionnelle (respectivement 2,4 % et 1,6 %).

Répartition des mentions en fonction de la filière. © Ministère éducation nationale Répartition des mentions en fonction de la filière. © Ministère éducation nationale

En 2017, la mention « assez bien » est, quant à elle, la plus répandue et ce, quelle que soit la filière (entre 23,4 % en filière générale et 29,4 % en filière technologique). Cependant, près de la moitié des bacheliers technologiques n’ont pas obtenu de mention (46,9 %), contre 42 % en bac professionnel et 37,3 % en bac général.

    
Les bachelières, toujours en tête

A l’inverse, les filières ne semblent pas avoir d’impact sur le taux de réussite des bachelières. En 2017, 90,1 % des candidates ont décroché leur bac contre 85,6 % des garçons. L’écart est encore plus important dans la filière professionnelle où 85,1 % des filles sont obtenu leur diplôme contre 78,9 % des candidats, soit une différence de 6,2 points.

Concernant les filières technologiques, les filles réussissent mieux que les garçons notamment en ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) dont l’écart est de 5,3 points ou en STMG (sciences et technologies du management et de la gestion). Seule la filière STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) fait figure d’exception où 89,5 % des garçons obtiennent leur bac contre 87 % des filles.