En 2016, 90,8 % des lycéennes ont obtenu leur bac. Alors que 86,3 % des lycéens ont été admis.

L’heure de l’examen a sonné pour le baccalauréat. Le diplôme, vieux de 200 ans, risque de connaître de grands bouleversements d’ici 2021 : suppression des filières L, ES et S pour le baccalauréat général, mise en place du contrôle continu, grand oral de fin d’année, nouveau nom pour désigner la classe de terminale.... L’occasion pour les Décodeurs du Monde de dresser un bilan du plus grand examen de France et de ses bacheliers. Sans surprise, et depuis bientôt 40 ans, les filles ont un meilleur taux de réussite au bac que les garçons.

Une réussite largement plus féminine

Si les filles sont légèrement plus nombreuses à passer le baccalauréat que les garçons (51 %), elles sont également plus nombreuses à être admises. En 2016, toutes filières confondues, 53 % des bacheliers sont des filles. En filière générale, elles représentent presque trois bacheliers sur cinq (56 %).

Les lycéennes observent également le meilleur taux de réussite depuis presque 40 ans. Selon les Décodeurs, en 1980, 66,9 % des filles obtenaient leur diplôme contre 64,5 % des garçons. Depuis, le taux de réussite des lycéennes n’a cessé d’augmenter jusqu’à obtenir 92,9 % de réussite en 2016 contre 86,6 % pour les garçons. 

Les lycéennes se démarquent davantage dans les filières littéraire, ST2S et STMG où elles observent les meilleurs taux de réussite. Ce sont d’ailleurs des filières particulièrement prisées par les filles : 52,4 % en STMG en 2016, 79,2 % en L et 89,2 % en ST2S. Concernant le baccalauréat professionnel, si les filles sont largement minoritaires dans le domaine de la production (14,4 %), elles ont tout de même un taux de réussite beaucoup plus élevé que les garçons : 84,1 % contre 79,7 % en 2016.

Un nombre de bacheliers par génération qui a triplé en 40 ans

Autre évolution notable : la proportion de bacheliers dans chaque génération. En quelques décennies, le baccalauréat est devenu un examen incontournable pour poursuivre ses études dans l’enseignement supérieur. De nombreuses réformes comme la création du bac technologique puis du bac professionnel, la refonte des séries dans les années 1990 l’ont conduit à devenir plus accessible à tous. 

A tel point que le nombre de bacheliers par génération a quasiment triplé depuis 1970, passant de 20 % à 56 % en 2016. Après une période de stagnation dans les années 1990-2000, depuis dix ans, cette proportion de bacheliers est à nouveau en train d’augmenter.

64 % des bacheliers ont 18 ans

Encore une fois, peu de surprise quant à l’âge des diplômés. Plus de trois bacheliers sur cinq ont 18 ans. Les lycéens de moins de 18 ans ne représentent quant à eux à peine plus de 3 % des bacheliers même si ce sont eux qui affichent le meilleur taux de réussite (98,2 % en 2016). En 2016, 2 418 diplômés avaient plus de 30 ans, sur les 633 500 bacheliers.

Selon leur filière, la majorité des diplômés poursuivent leurs études à l’université. Les plus nombreux sont les bacheliers généraux qui sont 48,8 % à entrer à l’université en 2016. Près de deux bacheliers technologiques sur cinq préfèrent se diriger vers un BTS. Tout comme les bacheliers professionnels, dont 27,5 % ont intégré cette formation en 2016.