Quels conseils suivre pour réussir au mieux son bac STMG ? Orientations vous dévoile quelques pistes pour être efficace le jour J, dans les épreuves aux plus forts coefficients.

La série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) remplace depuis la rentrée 2012, la série STG (Sciences et Technologies de la Gestion). Parmi les neuf épreuves qui figurent au programme du baccalauréat, deux se démarquent par des coefficients particulièrement élevés : le management des organisations (coefficient 5) et l'épreuve de spécialité (12). Mieux vaut donc ne pas commettre d'impasse lors de révision et mettre toutes les chances de son côté pour récolter le plus de points dans ces enseignements.

L'importance de l'épreuve de spécialité

L'une des principales épreuves du bac STMG concerne la spécialité choisie par les candidats : gestion et finance, mercatique (marketing), ressources humaines et communication ou systèmes d'information de gestion. Cette épreuve a la particularité d'être composée de deux étapes : un écrit de quatre heures (coefficient 6), et un projet évalué tout au long de l'année et lors d'une présentation orale (coefficient 6).

L'épreuve pratique

En cours d'année, les élèves de la filière STMG doivent préparer en équipe un projet qu'ils présenteront par la suite, de manière individuelle, devant un jury. C'est l'enseignant responsable du projet qui est chargé de donner une note individuelle à l'épreuve pratique.

Ce travail de recherche et d'exploitation d'informations doit être choisi et élaboré dans le cadre d'un thème donné en début d'année. Diplômé en 2013, Mathieu conseille « de réfléchir assez tôt avec qui travailler et de s'atteler à trouver directement le bon sujet. Pour être plus productif, il vaut mieux travailler individuellement puis mettre toutes les informations récoltées en commun. Je conseille d'ailleurs d'élaborer un planning ».

Puis les élèves doivent présenter une soutenance de dix minutes, suivie de dix autres minutes consacrées aux questions posée par le jury. Paul, qui a obtenu son bac STMG en 2012, estime qu'il « suffit d'y croire et d'être sûr de soi. En maîtrisant son sujet et en montrant son assurance et sa motivation, on part avec un bel avantage. » Mathieu, lui, émet plus de réserves : « Pour l'oral, les choses doivent venir naturellement. Devant le jury, mieux vaut ne pas trop lire ses notes, rester naturel et sourire, c'est important. Quant à la phase des questions, il faut au maximum justifier ses réponses et s'appuyer sur le dossier et tout ce qui a aidé à sa réalisation », conclut-il.

L'épreuve écrite

En ce qui concerne l'épreuve écrite, deux sous-parties qui peuvent être traitées de manière indépendante, sont à prendre en compte. Dans la première, les candidats sont amenés à proposer des solutions aux problèmes posés en mobilisant leurs connaissances et en utilisant la documentation fournie. La seconde sous-partie amène les candidats à répondre à une question relative à une problématique de gestion, liée aux situations et aux thèmes abordés dans la première partie.

Pour gérer au mieux cet écrit, Shanell, qui a obtenu son bac STMG en 2014, conseille d'avoir « appris parfaitement les diverses théories vues en cours pendant l'année ». Paul estime de son côté, qu'il « faut avoir pratiqué un maximum lors des révisions. J'étais en comptabilité et pour ma part j'ai refait de nombreux exercices vus avec notre professeur.

À force de s'entraîner, on acquiert des automatismes. Une fois devant sa copie, il suffit de mobiliser toutes ses connaissances et l'épreuve devient une formalité. » Le jeune homme conseille également de bien gérer son temps. « En quatre heures, il faut s'organiser de manière à consacrer quinze à trente minutes pour lire l'ensemble des documents, et dix minutes pour tout relire, à la fin de l'examen. »

Réussir son épreuve de management des organisations

Pendant trois heures, les élèves de la filière STMG traiteront un sujet dédié au management des organisations. Une épreuve importante puisqu'elle affiche un coefficient de 5. Ils devront ainsi étudier un dossier documentaire présentant une ou plusieurs situations concrètes de management des organisations ainsi qu'une série de questions relatives au contenu du dossier mis à leur disposition.

Pour réussir cette épreuve, Paul est convaincu que « connaître les définitions et l'environnement de l'entreprise en général est nécessaire. Si l'on a une bonne connaissance du monde de l'entreprise, les termes un peu techniques ne devraient pas être un problème et l'épreuve ne se révélera en aucun cas très difficile ».

Mathieu, quant à lui, rappelle qu'il « faut travailler tout au long de l'année, suivre l'actualité économique, sachant que les concepteurs du sujet prennent en général des cas d'actualités récents pour créer les sujets ». Il précise que « répondre à la question sans être précis et développer peu faire perdre des points. On n'attend pas des élèves qu'ils récitent le cours, mais bien qu'ils développent leurs idées de manière structurée et cohérente avec la question. »

Raison pour laquelle, il conseille de « prendre, dès que possible, des exemples en lien avec l'actualité notamment dans la partie rédactionnelle, et surtout montrer que le sujet est intéressant. Pour cela on peut ouvrir le débat sans affirmer son point de vue », conclut-il.