Pendant les révisions du bac notamment, beaucoup d'étudiants ont tendance à laisser de côté l'anglais, soit à cause de son coefficient relativement faible, soit parce qu'ils considèrent qu'il n'y a "rien à réviser". Il s'agit d'une grave erreur car, en quelques heures, il est possible d'avoir une note bien meilleure que ce qu'on aurait pu espérer !

Accroître son vocabulaire

Le principal problème, lorsque l'on passe une épreuve de langue vivante et plus particulièrement d'anglais, concerne d'abord le vocabulaire. Les idées, généralement, viennent facilement, parfois même trop facilement... Mais encore faut-il réussir à les retranscrire dans la langue demandée ! Autre hic : les mots manquants nous viennent parfois... dans une autre langue ! Une solution pour remédier à tout cela est d'approvisionner son cerveau en mots nouveaux. Cela ne nécessite pas de grands efforts, simplement un peu de rigueur.

"La meilleure solution pour améliorer son vocabulaire est la lecture en anglais : articles de presse, romans... Regarder des films en version originale, déjà vus en français, aide également énormément", explique Frédéric Dormoy, professeur d'anglais dans un lycée de Marseille. Il faut donc simplement s'habituer à lire et à écouter la langue pour pouvoir mieux l'apprivoiser. Et plus vous vous serez entraîné, plus votre vocabulaire sera important.

Se démarquer des autres

Se différencier des autres étudiants peut être très simple. Ainsi, si vous ne faites aucune faute "de base", c'est-à-dire sur tout ce qui a été vu au collège, en Seconde et en Terminale, vous sortez déjà du lot ! En effet, les élèves ont tendance à se tromper sur des choses répétées depuis des années, et qui irritent au plus haut point les correcteurs.

C'est, par exemple, le cas avec le "s" à la troisième personne du singulier au présent simple, les verbes irréguliers (pourtant maintes fois appris, répétés et récités !), les pluriels irréguliers tels que "children", "people", "information"...

Autre conseil essentiel : "il faut éviter de faire des phrases "à la française", c'est-à-dire avec de nombreuses propositions subordonnées, ou des phrases trop longues. Bannissez également le "we", qui est une habitude typiquement française", confie Frédéric Dormoy.

Utiliser l'humour à bon escient

A ceux qui penseraient que l'humour est à bannir des copies, détrompez-vous ! "Il ne faut pas hésiter à faire de l'humour, nous confie ainsi le professeur d'anglais.

L'humour noir est le top du top en anglais. Mais surtout, il faut se dire qu'il n'y a pas de "politiquement correct" : il vaut mieux dire ce qu'on pense, même si on a peur de choquer le correcteur. Car, dans ce cas, on saura quoi dire et comment le dire alors que, si on fait semblant, ça sera bien moins efficace !" Alors osez l'humour, sans tomber plus dans l'excès, ou dans l'humour un peu trop lourd !

Préférer le dictionnaire aux sites de traduction

Enfin, "lorsque vous vous entraînez à rédiger des expressions écrites, n'hésitez pas à vous servir du dictionnaire papier ou sur internet, mais surtout pas les sites de traduction !", conseille Frédéric Dormoy. En effet, c'est quand on peine à trouver un mot qu'on le mémorise, et non lorsqu'il tombe quasiment instantanément !