Chaque année, l'épreuve de philosophie donne le coup d'envoi du baccalauréat. Comment aborder au mieux cet examen ? Quelles sont les astuces pour la réussir ? Orientations a demandé à deux professeurs de philosophie de livrer leurs conseils.

Elle inquiète de nombreux lycéens. L'épreuve de philosophie, à laquelle doivent obligatoirement se présenter les candidats des bacs généraux et technologiques, est l'une des plus redoutée. Elle dure quatre heures et donne le choix aux candidats entre deux sujets de dissertation et un commentaire de texte. Pour Orientations, deux professeurs de philosophie ont livré leurs conseils pour aborder l'épreuve de la meilleure des manières.

Réviser les cours

En philosophie, comme dans toutes les épreuves, pas de secret, il faut réviser. « De nombreux lycéens se disent que dans cette matière, il n'y a rien à apprendre et qu'il n'y a donc pas besoin de révisions. Mais l'épreuve de philosophie ne s'improvise pas, bien au contraire », expose Sophie Conte, professeure de philosophie en Essonne.

Pour elle, la meilleure manière de réviser cet examen est de « définir de manière concrète les diverses notions étudiées pendant l'année », de « redéfinir les repères qui ont été abordés » et de « revoir les thèses des auteurs qui ont été abordées en cours ». Un point de vue partagé par Hervé Miclot, professeur de philosophie : « Il faut bien relire les cours tout au long de l'année, bien intégrer les méthodes enseignées. »

Pour Sophie Conte, «regrouper les différentes notions dans des fiches peut être très bénéfique aux lycéens. Elles sont un moyen d'intégrer plus facilement les cours et d'aller à l'essentiel. En plus, elles peuvent être amenées presque partout, ce qui permet de réviser à tout moment », argue-t-elle. S'il ne nie pas leur apport, Hervé Miclot considère que la philosophie « est plus une affaire de réflexion ».

Connaître les méthodologies

Pour réussir l'épreuve, il faut également bien connaître les deux méthodologies. Celle de la dissertation, et celle du commentaire de texte.

La dissertation

Pour la dissertation, Hervé Miclot explique que l'introduction doit être effectuée « en trois moments ». Tout d'abord, en « expliquant le sens de la question ». Ensuite, en « fixant le problème qui justifie le fait qu'on la pose ». Puis, en « indiquant deux ou trois pistes qui feront office de parties dans le développement ». Ce dernier s'effectue ensuite en deux ou trois parties.

La première où doit être exposé le « non vrai » : « Ce que l'on pense habituellement du problème posé, sans avoir réellement approfondi. Il ne s'agit pas de réfléchir à partir d'un contenu que l'on sait insoutenable, mais de restituer les premiers moments de la pensée », expose le professeur.

Dans la deuxième partie, le candidat doit en venir « au vrai, au juste, au sensé. On doit se trouver au cœur du problème posé et des réponses possibles », précise Hervé Miclot. Si elle s'avère nécessaire, la troisième partie doit « procéder à une synthèse des deux parties précédentes ». Pour finir, la conclusion doit « restituer le problème de départ, les différentes étapes démonstratives et la réponse fournie », ajoute le professeur de philosophie.

Le commentaire de texte

Pour le commentaire de texte, l'introduction doit cerner « la thèse de l'auteur, le problème traité », explique Hervé Miclot. Il faut ensuite « dégager les parties du texte et leur sens ». Au cours du développement, le candidat doit « instaurer un dialogue avec le texte : l'expliciter, le questionner, le discuter, mais toujours avec la volonté d'en sortir toute la richesse ». Pour finir, la conclusion doit « restituer la pensée essentielle de l'auteur et voir en quoi elle mériterait de déboucher sur un nouveau problème ».

Revoir ses anciens devoirs

Tout au long de l'année, les élèves de terminale effectuent des dissertations ou des commentaires de texte sur lesquels ils sont notés par leur professeur. « Il est important pour eux de revoir ces devoirs, précise Sophie Conte. Les professeurs ont généralement pour habitude de faire des annotations pour expliquer aux élèves ce qu'ils auraient du faire autrement. Il faut qu'ils partent de ces conseils et qu'ils refassent les dissertations, afin de s'améliorer et de gommer ce qui ne va pas », ajoute-t-elle.

Elle précise que « les élèves ne doivent pas hésiter à venir demander plus de précisions au professeur afin de mieux comprendre les progrès qui sont à faire ».

Philosopher en groupe

La philosophie fait partie des matières où il peut être très opportun de réviser en groupe. « Cela peut aider les lycéens à comprendre certaines notions. Un jeune qui explique à un autre a beaucoup plus de facilités à se faire comprendre qu'un professeur », argue Sophie Conte. Même point de vue du côté d'Hervé Miclot : « Tout dialogue est utile, mais ne peut se substituer à la pensée à partir de soi. Faire le point avec ses camarades deux ou trois fois peut être très intéressant », explique-t-il. Souvent, il peut donc être très bénéfique aux jeunes de réviser, par groupes de 3 à 5 personnes, afin de revoir les différentes notions du programme et d'aborder des problématiques variées.

Pour finir, Hervé Miclot rappelle qu'il est important de « bien dormir la veille et l'avant veille de l'épreuve, comme si on se préparait à une course de fond ». Le jour J, « il faut profiter du temps imparti, se relire avec un œil exigeant, faire attention à l'expression et à l'orthographe. Le fond et la forme vont ensemble », conclut-il.