BTS et DUT résistent très bien face au modèle LMD. La principale raison du maintien de ces formations de niveau bac+2 : leur adéquation avec les besoins des employeurs, à la recherche de candidats immédiatement opérationnels.

Les formations "courtes", que sont le BTS et le DUT, continuent d'avoir une belle cote auprès des recruteurs. En témoignent les chiffres de l'Insee consacrés au taux de chômage selon le diplôme : 10 % de chômeurs chez les jeunes de moins de 29 ans de niveau bac+2. De même, en 2014, selon le site d'offres d'emploi Qapa, sur plus de 70 000 offres, 43 % des recruteurs recherchaient un profil bac+2. Un taux qui en fait la formation la plus recherchée par rapport aux autres niveaux.

Des formations plébiscitées par les recruteurs

« Les diplômés bac+5 sont plus généralistes que les titulaires de BTS et de DUT. De ce fait, ils doivent s'informer sur le secteur, bien étudier la situation... ce qui peut prendre beaucoup de temps », pointe du doigt Pierre Lamblin, directeur du département études et recherche de l'Apec. Les diplômés de filières courtes s'adaptent, de leur côté, très rapidement aux problématiques de la société qui les a embauchés. D'autant qu'ils mettent bien souvent un premier pied dans le monde du travail au cours de leur scolarité, et qu'ils sont nombreux à opter pour un cursus en apprentissage.

« Nous sommes très friands des BTS notamment, car ces formations permettent aux jeunes de faire des stages, de travailler dans une logique de projet, et de découvrir le monde des entreprises », confirme Hugues Pouzin, le directeur général de la Confédération Française du Commerce Interentreprises (CGI).

Enfin, dernier élément à même de séduire les recruteurs : l'implication des entreprises au sein de ces formations. Par l'intermédiaire de leurs dirigeants ou de leurs fédérations professionnelles, celles-ci sont régulièrement consultées par le ministère de l'Education nationale ou par les instituts universitaires de technologie, en vue d'élaborer les programmes. BTS comme DUT sont ainsi régulièrement réévalués et modifiés pour correspondre au mieux aux besoins en qualification des employeurs.

Les filières qui recrutent

Si, en moyenne, les BTS et les DUT offrent de très bons taux d'insertion professionnelle, il existe néanmoins des disparités entre les filières. Les formations commerciales restent ainsi particulièrement recherchées, dans tous les secteurs d'activités. Concernant les profils, les recruteurs apprécient notamment les BTS des différentes spécialités technico-commerciales, ainsi que les BTS MUC (management des unités commerciales), NRC (négociation et relation client), commerce international ou les DUT TC (techniques de commercialisation).

Les profils diplômés dans les domaines de l'administration et la gestion des entreprises sont également recherchés, notamment par les PME-PMI :

  • BTS comptabilité,
  • DUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations),
  • BTS AG,
  • BTS AM (assistant de gestion ou de manager),
  • etc.

Les bac+2 sont aussi employés en grand nombre dans la banque, l'assurance ou encore l'informatique. Enfin, le secteur de la production est à la recherche de techniciens, et offre de très belles perspectives de carrières aux titulaires de diplômes industriels :

  • DUT Génie industriel et maintenance,
  • BTS Mécanique et automatismes industriels,
  • ou encore BTS Assistance Techniques d'ingénieurs.

Dernière mise à jour : 11 mars 2015