De plus en plus nombreuses, les écoles de commerce et d'ingénieurs post-bac attirent un nombre croissant d'étudiants, qui peuvent y trouver une bonne alternative aux classes préparatoires.

Qu'elles soient de commerce ou d'ingénieurs, les écoles post-bac attirent désormais bon nombre d'étudiants au très bon dossier scolaire, qui ont fait le choix de les intégrer directement plutôt que de passer deux ans en classe prépa.

Ces cursus présentent en effet, pour les étudiants soucieux de construire le plus tôt possible leur projet professionnel, un grand nombre d'avantages que n'offrent pas forcément les programmes préparatoires.

Des cours plus concrets et plus spécialisés

Certains élèves savent très tôt ce qu'ils veulent faire. Dès le lycée, par exemple, ils peuvent être brillants en informatique ou en technologie, mais peiner depuis toujours avec les mathématiques.

Les écoles post-bac maintiennent ainsi, durant les deux premières années de formation, des enseignements généralistes, mais donnent davantage de place dans leurs cursus à des matières plus spécialisées. En classe préparatoire intégrée, les étudiants peuvent ainsi commencer à suivre des cours de techniques de l'ingénieur, tandis que dans les écoles de commerce post-bac sont abordés dès la première année les fondamentaux de la gestion.

Un cursus moins stressant que la prépa

Ce n'est pas le lot de l'ensemble des classes préparatoires - qu'elles soient scientifiques ou commerciales -, néanmoins la préparation de concours, parfois très sélectifs, peut avoir tendance à développer l'esprit de compétition au sein des classes.

Pour ceux que cette perspective apeure plus qu'elle ne motive à donner le meilleur d'eux-mêmes, mieux vaut opter pour un cursus post-bac. Le volume de travail à fournir y sera généralement tout aussi important, mais le plus souvent exempt du stress et de la pression qui peuvent peser sur les épaules de leurs collègues de classe préparatoire.

Un diplôme reconnu des recruteurs

Lorsque le cursus post-bac mène à un diplôme de niveau bac+5, Master Grande Ecole ou diplôme d'ingénieur, l'étudiant se retrouve sur un pied d'égalité avec ses collègues passés par une classe préparatoire. Pour les entreprises qui recrutent, c'est en effet le diplôme et l'établissement qui le délivrent qui font la qualité d'un candidat, et non son éventuel passage par la case prépa.

D'ailleurs, la dernière enquête de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) "Les voies d'accès aux grandes écoles de la CGE" révélait que seulement 38,5 % des étudiants de ces écoles étaient issus de classes préparatoires, tandis que 45 % les avaient intégrées par la voie des admissions parallèles, et 17,3 % directement après le bac.

Des cursus proches des problématiques de l'entreprise

A l'aspect purement théorique des classes préparatoires, les écoles post-bac répondent par des enseignements qui abordent déjà les problématiques de l'entreprise. Ainsi, elles permettent, dès la première année, à des intervenants issus du monde professionnel d'intervenir dans leurs cours.

Elles organisent aussi des visites d'entreprises, font travailler leurs étudiants sur des projets ou des études de cas issus du monde professionnels. Enfin, les élèves des écoles post-bac ont l'occasion d'effectuer très tôt des stages en entreprise, et acquièrent ainsi une précieuse expérience professionnelle.

Des méthodes pédagogiques innovantes

Le programme de classe préparatoire, relativement rigide, est dicté au niveau national par le ministère de l'Education Nationale. Pour les professeurs, il n'y a donc que très peu de place - voire aucune - pour de quelconques expérimentations pédagogiques.

Les étudiants qui intègrent une école post-bac pourront, au contraire, profiter d'innovations dans leur scolarité : pédagogie par projet, approche par compétences, prise en compte de l'investissement associatif dans le cursus, voyage à l'étranger pour suivre des cours dans un établissement partenaire...

Dernière mise à jour : 23 octobre 2014.