Deuxième région de France la plus peuplée, l’Auvergne-Rhône-Alpes a mis l’apprentissage au cœur de ses ambitions.

« Nous voulons 10 000 apprentis supplémentaires dans notre région en cinq ans », promettait Laurent Wauquiez, président de la région, peu après son élection en janvier 2016. Jusqu’alors, la région comptait environ 55 000 alternants, du CAP au bac+5.

Auvergne : l’alternance au cœur des priorités

En Auvergne, l'alternance se porte pour le mieux. La région comptait en effet près de 9 000 apprentis en 2013. Les métiers de bouche, l’industrie, le commerce, la construction, l'agriculture et les services à la personne recrutent notamment un nombre croissant d'apprentis

Des employeurs en demande

« De nombreux employeurs demandent l’ouverture de sections d’apprentissage, que ce soit dans la mécanique, la restauration, l’alimentaire, le commerce, la banque, l’agroalimentaire et même la plasturgie. Mais il est relativement difficile de trouver des jeunes dans ces secteurs », précise Arlette Arnaud-Landau, ancienne vice-présidente du conseil régional d’Auvergne, déléguée à la formation professionnelle, l’apprentissage, la formation sanitaire et sociale.

« L’alternance permet de faire une carrière complète, du CAP à l’école de commerce. C’est une possibilité formidable. Ce type de formation ouvre des perspectives à des jeunes qui ne pourraient pas s’offrir une école ou une université », souligne-t-elle.

Rhône-Alpes : la bonne dynamique de l’alternance

Le Rhône-Alpes rayonne sur toute l'Europe grâce à son positionnement géographique, aux portes de l'Italie et de la Suisse. Le territoire dispose d'un tissu de PME particulièrement dynamiques et abrite de nombreuses multinationales dans les domaines de l'automobile, de la santé, de la grande distribution, de l'équipement… De grands groupes évoluant dans des secteurs stratégiques, et qui constituent un véritable vivier d'emplois pour les nouvelles générations.

Un effort des pouvoirs publics

Pour soutenir la croissance économique de la région, les pouvoirs publics ont notamment choisi de s'appuyer sur l'alternance pour répondre aux besoins de compétences des entreprises. Depuis 10 ans, la région a multiplié les efforts en la matière.

« L'alternance doit pouvoir se développer partout là où il est avéré qu’elle est la meilleure formule de formation, et nous devons porter plus particulièrement nos efforts sur les métiers liés au développement durable, aux technologies de l'information et de la communication, qui sont stratégiques pour l'avenir », affirme Philippe Meirieu, ancien vice-président du conseil régional Rhône-Alpes en charge de la formation tout au long de la vie.

En 2015, plus de 45 000 apprentis se sont formés au sein de l'un des 63 CFA de la région. La carte des formations ne cesse de s'étoffer, d'année en année. Elle propose désormais plus de 670 cursus allant du niveau CAP au niveau master. Certains secteurs semblent plus enclins à faire appel à l'alternance. La construction concentre ainsi près d'un quart des contrats d'apprentissage. L'hôtellerie-restauration connaît, de son côté, une forte croissance depuis quelques années.