Audrey, 21 ans, étudiante en deuxième année de graphisme en école d'arts, a obtenu son baccalauréat littéraire après les rattrapages en 2013. Elle revient sur cette expérience.

Audrey Audrey
Audrey © DR

Tous les ans, de nombreux lycéens sont obligés de passer par les rattrapages pour obtenir leur baccalauréat. C'est ce qu'a vécu Audrey, 21 ans, en juin 2013.

Cette étudiante en deuxième année de graphisme dans une école d'arts n'avait que 9,8 le jour des résultats, elle a donc dû passer les oraux de rattrapages. Pour Orientations, elle revient sur son parcours et explique son ressenti.

Des points de retard suite aux épreuves anticipées

« Lorsque je suis entrée en terminale littéraire, j'avais cinq points de retard à la suite des épreuves anticipées de première, lance la jeune bachelière. Je n'étais pas particulièrement stressée mais je me suis dit qu'il fallait que je mette les bouchées doubles pour la dernière ligne droite avant la fin du lycée. » Alors, durant l'année, Audrey apprend ses cours de manière régulière. « J'ai beaucoup révisé pour le bac blanc. Mes amis ne me mettaient pas la pression car ils voyaient que je travaillais même si les résultats n'étaient pas forcément là », explique-t-elle.

Comme les autres élèves, à quelques semaines du baccalauréat, Audrey intensifie ses révisions. « J'ai travaillé tous les jours mais je m'accordais des pauses et je variais les matières. Certains jours, je restais chez moi toute seule pour réviser, d'autres, je décidais de me rendre chez des copines et nous nous regroupions à deux ou trois pour revoir les cours », expose-t-elle.

« Enfin le début des épreuves »

Puis, arrive enfin le début des examens. « La veille de l'épreuve de philosophie, j'ai très mal dormi, j'avais peur de ne pas entendre mon réveil ou d'oublier quelque chose alors je tournais en rond dans mon lit sans trouver le sommeil, se souvient-elle.

Le matin, en partant de chez moi, j'étais heureuse : c'était enfin le début des épreuves. » Puis, elle retrouve ses amis devant l'établissement. « La pression monte, car tout le monde parle, fait des pronostics sur les sujets. Les questions fusent : 'et toi, tu as révisé ? Où ça ?'. Sur le moment, c'est un peu la panique, on a l'impression d'avoir tout oublié », détaille-t-elle.

Des résultats inattendus

Les examens se déroulent et Audrey voit le jour des résultats arriver avec sérénité. « J'étais plutôt confiante, je pensais avoir le baccalauréat. Finalement, j'ai eu 9,80 de moyenne et n'ayant pas un excellent dossier, j'ai dû passer les rattrapages. Les professeurs m'ont beaucoup aidé à choisir les matières pour l'oral. J'ai sélectionné la philosophie et l'anglais », se rappelle la jeune fille.

Puis, vient le jour de la délivrance. « En sortant de l'oral de philosophie, j'étais contente car j'étais presque sûre à 100 % que j'avais mon bac, j'étais soulagée. L'examinateur m'avait mise en confiance et je suis tombé sur le texte que je connaissais le mieux », avoue-t-elle.

Avec du recul, Audrey est satisfaite de son travail. « Je me dis que j'ai fait mon maximum pendant les révisions. Lorsqu'on me demande 'quelle mention tu as eu ?', je réponds que j'ai eu mon bac mention rattrapages, cela fait rire tout le monde et je n'ai pas l'impression d'être plus mauvaise que les autres », conclut-elle.