Après l'obtention d'un bachelor, les jeunes diplômés peuvent poursuivre leurs études en école de commerce ou à l'université afin d'obtenir un bac+5. Un moyen de se spécialiser ou de mûrir son projet professionnel pour préparer son entrée sur le marché du travail.

Pour mener à bien ses objectifs professionnels, une grande majorité d'étudiants décide de poursuivre ses études après le bachelor. David Wantz, professeur et jury à l'ESC La Rochelle explique : « la poursuite d'études résulte majoritairement de l'attente concernant le métier. Les étudiants ont des perspectives qui s'affinent nettement au cours de leurs trois années de bachelor. » Diplômes plus élevés ou spécialisations, l'objectif est le même : faire en sorte que la formation soit en adéquation avec leurs projets professionnels.

Être diplômé avant tout

Certains métiers nécessitent un diplôme supérieur au bachelor. C'est donc par nécessité que de nombreux jeunes choisissent de poursuivre leur formation. C'est le cas de Florian Davy, diplômé du bachelor métiers commerciaux, gestion et développement de l'entreprise à l'Istec : « Souhaitant devenir directeur commercial, je savais qu'il fallait impérativement un bac+5, donc le master était la meilleure solution. »

De son côté, Clélia Largenton, en 2e année à l'École Atlantique de Commerce, explique : « Mon bachelor se termine sur six mois de stage de fin d'études. S'il ne débouche pas sur une embauche, je pense me tourner vers une admission parallèle dans un second bachelor en 3e année et m'orienter vers les métiers de l'événementiel. Cela me permettrait d'avoir deux diplômes en 4 ans », conclut-elle.

Mûrir son projet professionnel

Poursuivre ses études permet également d'affiner son orientation professionnelle. « J'ai continué en M2 programme Grande Ecole à l'EM Strasbourg car je ne me sentais pas prête à commencer ma carrière, confie Lauriane Jaillet, passée par le bachelor affaires internationales. Non pas au niveau théorique et pratique, mais bien plus au niveau personnel ».

Certains diplômés optent pour un master afin d'approfondir leur expertise. C'est ce qu'observe Christine Kratz, directrice du programme ICN bachelor à Nancy : « Sur le campus, les étudiants de bachelor côtoient ceux des formations supérieures. À leur contact, ils sont nombreux à s'intéresser aux cursus proposés après un bac+3. »

Plusieurs choix s'offrent à ces jeunes : étudier sur le même campus, dans une autre école de commerce ou à l'université, en France comme à l'étranger.

Opter pour l'université

Les masters à l'université sont accessibles aux étudiants diplômés de bachelors visés par le ministère de l'Éducation nationale ou enregistrés au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Les masters des cursus universitaires se différencient nettement de la formation bachelor, notamment en termes d'accompagnement et de rythme, mais ils offrent un large choix de spécialisations.

Le choix du programme Grande Ecole

Le programme Grande Ecole proposé par les écoles de commerce est la suite logique du bachelor. C'est le cas de Pierre Routel, diplômé du bachelor en management international en 2013.

« Après mon bachelor, j'avais très envie de travailler, mais aussi de continuer à apprendre et à me spécialiser, explique-t-il. J'ai donc continué avec le master Grande Ecole de Montpellier Business School, en alternance, car cela me permettait de poursuivre avec un enseignement plus théorique et de payer mes études », poursuit le jeune homme.

Mais attention : l'admission n'est pas systématique. Les formations visées par le ministère de l'Éducation nationale permettent néanmoins aux diplômés de se présenter aux concours nationaux d'admission des écoles de commerce, dans toutes les filières.

Dernière mise à jour : 19 février 2015