La série Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D) offre de larges choix de poursuite d'études pour se former à des métiers d'avenir. Si les formations courtes type BTS et DUT sont privilégiées, le parcours universitaire offre également de belles perspectives professionnelles.

La série Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D) remplace depuis 2013 la série STI (Sciences et technologies industrielles). Elle incite à une poursuite d'études après le bac. Ses enseignements privilégient d'ailleurs la création et l'expérimentation, permettant de s'orienter vers des formations aux métiers de la technologie industrielle, de l'innovation et du développement durable.

Les cycles courts ont la cote

Plus de trois diplômés STI2D sur cinq optent pour une formation courte en deux ans en Brevet de technicien supérieur (BTS) ou en Diplôme universitaire de technologie (DUT), accessibles sur concours. Ils permettent d'entrer rapidement sur le marché du travail ou de poursuivre ses études en licence professionnelle voire en école d'ingénieur.

Le choix d'un BTS ou d'un DUT se fait bien souvent en adéquation avec la spécialité choisie en terminale : Architecture et Construction, Énergie et Environnement, Innovation Technologique et Ecoconception ou Système d'Information et Numérique.

Pas moins d'une cinquantaine de BTS sont accessibles après un bac STI2D. Ils couvrent les quatre spécialités disponibles en classe de terminale. Les bacheliers STI2D peuvent par exemple s'orienter vers les BTS Electrotechnique, Mécanique et automatismes industriels, Informatique et réseaux pour l'industrie et les services techniques, Conception de produits industriels ou Fluides, énergies, domotique option génie climatique et fluidique.

D'autres secteurs sont ouverts aux STI2D dont l'audiovisuel, le paramédical et le commerce avec le BTS Communication et industries graphiques, le BTS Opticien-lunetier ou le BTS Technico-commercial.

Plus polyvalents et plus larges, une quinzaine de DUT s'offre aux bacheliers de la filière STI2D dont les DUT Génie électrique et informatique industrielle, Génie mécanique et productique, Génie chimique mais aussi Métiers du multimédia et de l'Internet ou Packaging, emballage et conditionnement.

Licence professionnelle : un choix judicieux

Une fois leur bac STI2D en poche, les étudiants souhaitant privilégier des études plus longues peuvent s'inscrire directement à l'université. Depuis sa réforme, la filière tend d'ailleurs à ouvrir l'accès à ces profils. Il existe en effet des cursus universitaires liés à de nombreux secteurs : technologique, innovation, physique ou développement durable.

La licence Sciences et technologies pour l'ingénieur est la plus adaptée mais demande toutefois un bon niveau en mathématiques. C'est également le cas pour les licences Génie civil ou Génie des procédés. Il est donc conseillé de préparer au préalable un BTS ou un DUT, avant de s'orienter vers une licence professionnelle en un an.

Après la licence, une poursuite d'études en master est tout à fait possible (master Sciences et technologies de l'information et de la communication ou master Environnement et risques industriels et urbains...).

L'école d'ingénieurs ouvre ses portes

Les bacheliers STI2D peuvent également choisir  d'intégrer une école d'ingénieurs, accessible sur dossier, après une classe préparatoire en technologies sciences industrielles (TSI). Peu nombreux choisissent ce parcours et pourtant, les prépas TSI ouvrent la voie aux écoles d'ingénieurs. D'ailleurs, certaines d'entre elles organisent un concours réservé aux étudiants de ces prépas.

L'accès se fait sur concours. Il faut témoigner d'un bon niveau en sciences et en langues.

De nombreuses alternatives sont envisageables après un baccalauréat STI2D. En fonction des profils, il convient de bien considérer les possibilités d'orientation afin de faire le choix le plus pertinent.

Dernière mise à jour : 23 décembre 2014