Après un bac littéraire (L), la grande majorité des bacheliers part à l'université. Pourtant, les possibilités sont très nombreuses.

Après un bac littéraire, les possibilités sont diverses et de nombreux cursus envisageables. Mais pour bien s'orienter, il faut être très renseigné. « La pléthore d'informations qui existe fait qu'à présent, les jeunes ont besoin de se renseigner le plus tôt possible sur les différentes formations qui peuvent les intéresser. En terminale, il est de moins en moins rare qu'ils sachent déjà vers quoi ils souhaitent s'orienter », constate Michaël Monfort, directeur des admissions et concours de l'école de commerce post-bac Esdes.

L'université, choix favori des littéraires

Chaque année, près de sept bacheliers littéraires sur dix font le choix de l'université. « Pour se diriger vers ces filières, il faut déployer quelques qualités. Il est généralement nécessaire d'être autonome, responsable, mature, régulier dans son travail et savoir regarder sur le long terme, car il ne faut pas seulement viser la licence, mais le master », témoigne Yves Destribats, conseiller d'orientation.

La plupart des bacheliers qui s'orientent vers l'université choisissent logiquement des disciplines littéraires telles les lettres modernes, la communication, la sociologie ou la psychologie.

D'autres font le choix du droit, de l'économie ou de la licence en Administration économique et sociale (AES). Une minorité, quant à elle, préfère s'orienter vers les universités de sciences ou de médecine.

Les cycles courts ont la cote

De plus en plus, les diplômés d'un bac littéraire décident de s'orienter vers des cycles courts comme les BTS ou les DUT. Elisabeth Devals, conseillère d'orientation au CIO Médiacom explique : « Certains élèves issus d'un bac L choisissent les formations courtes, majoritairement des DUT dans les secteurs tertiaires, car ils sont de véritables passeports pour l'emploi ».

En plus d'être très professionnalisantes, ces formations courtes permettent aux étudiants qui le souhaitent de poursuivre leurs études. Les licences professionnelles à l'université et certains cursus en écoles spécialisées sont d'ailleurs de très bonnes passerelles à l'issue d'un BTS ou d'un DUT.

 D'après la 11e enquête nationale du devenir des diplômés de DUT (2014) effectuée par l'Assemblée des directeurs d'IUT sur 45 000 enquêtés, 12 % des diplômés de 2011 ont connu une insertion professionnelle immédiate et durable. 77 % ont choisi d'effectuer, une, deux ou trois années d'études supplémentaires.

Les écoles spécialisées souvent très adaptées

Certains bacheliers quant à eux, optent pour une école d'art, un Institut d'études politiques (IEP), une école spécialisée dans le social, le paramédical ou le journalisme.

Certains peuvent également choisir une école de commerce post-bac. Les diplômes Bachelor par exemple recrutent des profils très diversifiés, ce qui laisse une chance aux bacheliers littéraires. Toutefois, ils doivent attester d'un très bon niveau d'anglais.

D'ailleurs, l'accès à toutes ces formations ne s'effectue pas sans difficulté. La plupart des écoles  recrutent ainsi sur concours ou sur dossier. Il faut donc faire preuve de motivation et d'un excellent niveau scolaire pour espérer séduire les jurys.

Pour les plus motivés : les prépas littéraires

Moins de 10 % des bacheliers littéraires font le choix de s'orienter vers une classe préparatoire. Pourtant, il s'agit d'un excellent moyen pour accéder à des carrières de haut niveau, que ce soit dans l'enseignement ou dans l'administration.

D'autant que, là aussi, il y a encore le choix entre plusieurs voies. Tout d'abord, les prépas ENS lettres, qui s'adressent aux passionnés de littérature, de philosophie, de langues, et qui mènent aux écoles normales supérieures (ENS) de Paris, de Cachan, de Lyon.

Puis, les prépas ENS lettres et sciences sociales qui s'adressent, quant à elles, aux mordus de sciences économiques et sociales, tout comme les prépas économiques qui permettent notamment d'intégrer une école supérieure de commerce.

Les voies sont donc multiples après l'obtention d'un bac littéraire. Le tout est de faire le bon choix, en fonction de son profil, afin d'éviter les erreurs de parcours.