Alors que la polémique entourant la publication de l’algorithme d’APB était retombée, c’est le ministère qui relance la question, en demandant à un service gouvernemental d’accélérer les procédures d’ouverture.

L’algorithme d’APB n’a toujours pas été publié dans son intégralité. Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, relance lui-même l’affaire, en confiant à Etalab, un service du gouvernement, une « accélération de la dynamique ».

Ouvrir le code d’APB

Etalab est un service qui « coordonne la politique d’ouverture et de partage des données publiques ». Il aura pour mission l’élaboration d’un « plan d’action à mettre en œuvre pour ouvrir le code » d’APB, mais devra aussi se pencher sur un « accompagnement sur l’ouverture des données collectées par ARB », en passant par « une étude d’impact juridique » et « une évaluation des risques », apprend-on dans un communiqué, envoyé le 28 février 2017.

Les travaux d’Etalab devront être rendus d’ici fin mars 2017.

Un long bras de fer

C’est l’association Droits des lycéens qui avait lancé ce débat, l’an dernier, en demandant la publication du code source d’APB. Après un long bras de fer, le gouvernement avait dans un premier temps publié, début juin 2016, une infographie schématique expliquant le fonctionnement d’APB. Il a fallu attendre octobre pour qu’une publication partielle de l’algorithme d’admission post-bac soit rendue publique. 

Thierry Mandon relance donc une question qui s’était fait discrète ces derniers mois. Le secrétaire d’Etat souhaite voir dans APB « un logiciel ouvert dans les règles de l’art le plus rapidement possible ».