Futur bachelier, étudiant ou actif, peut-être rêvez-vous de travailler, ou travaillez déjà dans le milieu de la communication. Ce secteur concurrentiel et porteur, tout en nuances, comprends de nombreux métiers.

En 2018, 6 organisations sur 10 ont recruté un communicant. Et 6 sur 10, c’est également le nombre de recrutements suite à une création de poste.

Pour répondre aux interrogations des candidats, le baromètre des métiers de la communication 2019 vient d’être publié par Sup’De Com.

Il s’est basé sur les informations délivrées par 124 annonceurs (entreprises secteurs public et privé, associations, start-up) et agences (de communication, de relation presse, studios de création, régies ou médias) entre février et mai dernier (2019).

Alors, votre profil est-il plus susceptible de plaire aux agences , ou aux annonceurs ?
Les réponses ci-dessous.

Quel type de communication ?
 

Pour les annonceurs, la communication digitale vient en première position. Suivie de la communication évènementielle, interne, puis commerciale B2B et enfin corporate.

Du côté des agences, même tête de liste (digitale), mais la commerciale B2B vient se placer en seconde position. La communication visuelle se place en troisième position, avant l’évènementielle, et en dernier lieu, la corporate.
 

Les postes les plus recherchés ?
 

Le chargé(e) de communication et l’assistant(e) de communication viennent respectivement en première et deuxième place des postes les plus recherchés chez les annonceurs, suivi du (de la) responsable de communication, du chef(fe) de projet puis du webmaster / webrédacteur.

Du point de vue des agences, on recherche en premier lieu des chef(fes) de projet, puis des infographistes, des journalistes/rédacteurs, des consultants en communication et enfin, des responsables de la communication et du marketing.
 

Quel est le niveau d’études souhaité ?
 

Sans surprise, plus le niveau d’études est élevé (bac +5 et plus), mieux c’est.

Agences ou annonceurs recrutent majoritairement des candidats titulaires d’un bac +5 (50 % des recrutements en agence, 53 % chez les annonceurs).

Le bac +4 n’obtient que 25 % des faveurs des agences, et 15 % chez les annonceurs.
 

Quid des savoir-faire ?
 

Chez l'annonceur, le rédactionnel occupe une place prépondérante. Les outils digitaux s’inscrivent en seconde position, devant les logiciels PAO (Publication Assistée par Ordinateur), la gestion de projet et enfin le graphisme.

En agence, on privilégie les outils digitaux puis la prospection et la négociation. Les logiciels PAO arrivent également en troisième place, suivis par le rédactionnel et les réseaux sociaux.
 

Et les savoir-être ?
 

L’esprit d’équipe est la qualité première que recherchent les annonceurs, suivie de l’autonomie et de l’écoute. En agence, on cherchera d’abord l’autonomie, la curiosité, et l’esprit d’équipe viendra en troisième position.
 

Quelques généralités communes
 

Pour l'agence comme pour l'annonceur, le réseau est le premier canal de recrutement, suivi des réseaux sociaux (attention donc à votre e-réputation et à bien mettre à jour régulièrement vos réseaux professionnels).

Enfin, en termes d’expérience professionnelle, vous aurez plus de facilités à intégrer une agence ou un annonceur si vous disposez de trois années de travail minimum derrière vous (pour 33 % des annonceurs et 31 % des agences). Cela étant, un jeune diplômé (moins d’un an d’expérience) aura moins de difficultés à rentrer chez l'annonceur (19 %) qu’en agence (6 %).

La bonne nouvelle cela étant, c’est que 91 % des interrogés considèrent l’alternance comme une expérience professionnelle.