Aix Marseille Université (Amu) va s’allier avec sept autres universités européennes autour d’un projet commun : la création d’une Université Civique Européenne.  L’idée est née d’une collaboration avec des établissements d’Allemagne (Eberhard Karls Universität Tübingen), de Belgique (Université Libre de Bruxelles), d’Espagne (Université autonome de Madrid), de Grèce (Université Kapodistrian), d’Italie (Université de Roma la Sapienza), de Roumanie (Université de Bucarest) et de Suède (Université de Stockholm). 

384 000 étudiants

« Nous sommes d’abord partis, à notre initiative, d’un campus Nord de la Méditerranée avec Madrid et Rome, retrace le professeur Yvon Berland, président à Amu, dans les colonnes de La Provence. Puis on a élargi aux Belges, aux Allemands et jusqu’aux Grecs car il était impensable que ces derniers soient absents d’un projet européen. »

Concrètement, l’objectif de ces universités est de créer un espace universitaire intégré où leurs 384 000 étudiants et 55 000 personnels pourraient se déplacer, travailler et coopérer comme dans leur établissement propre. Le projet sera officialisé à Rome, le 8 novembre prochain.

Multilinguisme

Plusieurs ambitions et valeurs entourent la mise en place de l’Université Civique Européenne : le multilinguisme (anglais, allemand, français, espagnol, italien, suédois, etc.), la mobilité des jeunes, l’engagement, les cultures européennes, la citoyenneté, etc. Toutes ces valeurs graviteront autour d’importantes thématiques comme le vieillissement ou le défi climatique. 

Par ailleurs, « notre ambition sera aussi d’offrir les mêmes opportunités dans l’enseignement supérieur à tous les étudiants ou pour développer de nouvelles méthodes d’apprentissage numérique », complète Yvon Berland.