Les alternants mènent une véritable double vie. Etudiant à l'école, salarié dans l'entreprise... Si la conciliation des deux peut s'avérer complexe, elle est aussi très enrichissante pour les mieux organisés.

L'alternance est en vogue, plébiscitée par les professeurs comme par les étudiants. Elle doit son succès à l'alliance de la théorie et de la pratique. En entreprise, les apprentis sont totalement immergés dans le monde du travail.

« Nous les considérons comme des salariés à part entière, assure Cédric Voix, ancien responsable de recrutement pour le groupe L'Oréal. Ce sont des missions d'importance qui leur sont confiées. Ils ont donc les mêmes droits et devoirs que les autres ». Les maîtres d'apprentissage doivent alors veiller aux notes de leurs apprentis comme l'école sur l'attitude de l'élève en entreprise. Pour l'alternant, cela demande toute une organisation.

Un planning intelligent

Trouver le juste équilibre entre cours et travail en entreprise : c'est l'objectif à atteindre. Dès le début d'année, il faut prévoir avec le tuteur et l'école un planning cohérent : « Le rythme de l'alternance doit correspondre à nos besoins. Cela joue un rôle dans le recrutement », prévient Cédric Voix.

Côté entreprise, l'alternant doit savoir gérer les priorités afin d'éviter d'être débordé. Lorsqu'il part suivre ses sessions de formation, Benjamin, apprenti en master 1 chez Advancia, école d'entrepreneuriat de la CCIP et conseiller patrimonial chez Aviva, laisse un message d'avertissement sur sa boîte vocale. « Je précise que je suis en séminaire, en formation ou encore en congés. Mais je ne dis jamais que je suis parti à l'école car cela pourrait perturber la confiance de mes clients », souligne-t-il. Vous pouvez aussi adresser un mail à vos contacts afin de les avertir de votre absence.

Coté école, il est important de vous pencher sur toutes les matières, sans exception. En fonction de leurs coefficients, vous devez être en mesure d'identifier celles à travailler en priorité pour les examens finaux. Par ailleurs, les langues vivantes étrangères vous seront très utiles dans le cadre de votre évolution professionnelle. La maîtrise de l'anglais est généralement appréciable voire exigée sur le marché du travail. Chaque enseignement de votre formation a son degré d'importance et vous apportera un bagage supplémentaire pour évoluer en entreprise. Il ne faut donc en négliger aucun.

Réglé comme un métronome

« La capacité d'organisation est un critère d'évaluation de l'apprenti », insiste Serge Assayag, spécialiste en RH et management du cabinet conseil Weave. Certains ont des prédispositions, d'autres devront faire preuve de concentration et de discipline pour ne pas perdre pied dès les premières semaines.

La principale règle consiste ainsi à planifier les différentes tâches, tant en entreprise qu'à l'école. Il s'agit de procéder par ordre, pour digérer l'ensemble des connaissances et savoir-faire dispensés.

Pour être sûr de ne rien oublier, Marie, apprentie en 3e année à Grenoble EM, a trouvé la parade : « je note tout ce que j'ai à faire, sinon le cerveau ne peut pas suivre. Pour cela, je me sers de la fonction rappel de mon téléphone et de mon agenda électronique » confie-t-elle.

Le comportement à adopter

Le but du jeu consiste à concilier école et entreprise en fonction des différentes périodes de formation : tantôt étudiant, tantôt professionnel... Le salariat impose des règles qu'il faut aussi respecter dans vos études. La ponctualité, la concentration, la motivation doivent être des préoccupations de chaque instant.

La vie en entreprise vous apportera une qualité : l'humilité. Vous pouvez être en désaccord avec votre formateur ou votre maître d'apprentissage : la confrontation d'opinions contrastées est bien souvent enrichissante. Mais il vous faut également tenir compte de l'avis des personnes encadrantes, qui sont plus expérimentées. C'est à cette seule condition que la formation prend tout son sens.

Gagner sa place... et ne pas oublier de souffler

Pour nombre de salariés, le statut d'apprenti n'est pas clair. Pour éviter d'être marginalisé et trouver toute sa place dans l'entreprise, faites votre propre marketing. « Ne pas se laisser traiter de ‘petit' apprenti' », conseille Hocine Toubache, responsable de l'alternance au sein d'une école de commerce. « En arrivant, j'ai expliqué mon statut, mon rythme d'apprentissage et mon rôle dans l'entreprise à mes collègues. Je me suis fait connaître et reconnaître, je fais maintenant partie de leur équipe », argumente Benjamin.

Après tous ces efforts, la fatigue se fait généralement sentir au terme de quelques périodes. Certaines paraissent difficiles à gérer : impression d'être débordé, de saturer, de ne pas être prêt pour l'examen... Rassurez-vous : l'impression de « trop plein » est formatrice à bien des égards puisqu'elle préfigure une situation que vit tout salarié en entreprise. Ne pas se laisser submerger, apprendre à s'organiser et ne pas se déconcentrer dans les moments ressentis comme critiques restent aussi importants que les enseignements dispensés. Le professionnalisme jusqu'au bout.

Dernière mise à jour : 15 juillet 2015