A l'approche du bac, une bonne alimentation est un facteur clé pour des révisions réussies. Orientation-Education vous livre les conseils de la diététicienne et nutritionniste Agnès Mignonac.

Plongés dans les révisions du bac, beaucoup de lycéens succombent au grignotage. Et dans cette période de stress, certains se laissent aller au point de sauter des repas. Un comportement à bannir si on veut rester efficace. 

« Le problème si l’on grignote sans arrêt, c’est que l’on ne perçoit plus la vraie sensation de faim au cours de la journée et qu'il n’y a pas de coupures suffisamment longues pour que vous puissiez vous dépenser », précise Agnès Mignonac, diététicienne-nutritionniste à Paris. Ainsi, l’organisme ne parvient plus à se réguler et à définir ses périodes de satiété.

Grignoter = perturber son rythme alimentaire

Mais si certains lycéens confessent que manger en abondance et un peu n’importe comment pendant les révisions leur permet de rester motivés, ce comportement n’est pas sans risque pour la santé. 

« Quand on mange sans y faire attention, on peut ingérer d’importantes calories en plus que ce dont on a besoin, développe la spécialiste. Ce grignotage ne sert pas à calmer la faim mais à satisfaire l’angoisse des examens et à se rassurer. » 

Elle met ce phénomène en parallèle avec celui de manger devant la télévision : « On a toujours faim puisque notre attention est déviée sur autre chose, on ne savoure pas les aliments. C’est un peu le même principe avec les révisions. »

Varier son alimentation

Selon Agnès Mignonac, il est aussi important de varier son alimentation que de réguler ses repas. Et surtout, sans les sauter. « Si on n’a pas faim au réveil, par exemple parce qu’on s’est couché tard à cause des révisions, il vaut mieux diviser en deux son petit déjeuner plutôt que de grignoter de façon répétée entre les repas », recommande-t-elle.

Elle poursuit : « Le mieux c’est de prendre un jus de fruit ou un yaourt vers 8h et de compléter avec un produit céréalier vers 10h30. Le pain complet, c’est le top car très riche en fibres. Néanmoins la dernière collation doit être prise au maximum deux heures avant le déjeuner ».

Et s’il y a une partie du corps qu’il ne faut pas négliger à l’approche des épreuves du bac, c’est bien le cerveau. Bien se nourrir est la clé d’un cerveau efficient et au top de ses capacités. « Sur le total d’un apport calorique d’une journée, il consomme 20 % d’énergie. Il carbure principalement grâce aux glucides et a besoin de 5 grammes de sucre par heure ».

Le café oui, mais pas d’abus

Si la nutriotionniste préconise évidemment une alimentation saine et équilibrée, se faire plaisir n’est en aucun cas proscrit. On peut s’accorder une gourmandise tous les jours à condition de ne pas cumuler les facteurs à risque dans une même journée alimentaire. En d’autres termes, « c’est un jour pizza, un jour brownie », illustre Agnès Mignonac.

Quant au café, si on sait qu'il améliore la vigilance et permet de ne pas s’endormir la tête dans ses bouquins en période de révisions intensives, il ne faut pas non plus en abuser.

« Il est conseillé de ne pas dépasser les quatre tasses de café par jour et de ne pas s’en servir après 16h », recommande la diététicienne. « Il n’y a pas de remède miracle pour éviter la fatigue si ce n’est une alimentation variée riche en vitamines, en magnésium et en fer », renchérit-elle.

Astuces contre le stress

Si vous êtes du type stressé, la veille de l’examen la spécialiste recommande d’éviter les aliments qui nécessitent une digestion lourde, d’opter pour des pâtes ou du riz et de boire un verre de lait chaud avant de s’endormir.

« Le matin [d'une épreuve], si on est trop angoissé, mieux vaut ne pas se forcer à manger mais prendre dans son sac des biscuits secs sans lourdeur digestive et de l’eau que l’on prendra une fois le stress redescendu », conclut Agnès Mignonac.