Selon une récente étude américaine, plus des trois quarts des métiers de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui.

Ce n’est pas un secret : nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Surtout lorsqu’il est question d’emploi. Alors que le marché du travail s’apprête depuis longtemps à voir émerger de nouveaux métiers, une récente étude américaine estime que ce sont 85 % des métiers de 2030 qui n’existent pas aujourd’hui.

Généralisation de l’intelligence artificielle

Cette étude, repérée par WeDemain, a été menée par la marque informatique Dell et l’institut du Futur, un think tank californien et publié début juillet 2017. 

Les auteurs expliquent que nous sommes entrés dans la deuxième phase du développement numérique, pendant laquelle nous allons généraliser une intelligence artificielle cognitive capable non seulement d’analyser des données, mais aussi de les interpréter afin de proposer, et appliquer, des solutions adéquates

Et alors que la première phase consistait simplement à imiter la pensée logique, une troisième commencera après 2030 avec l’apparition de l’"être humain virtuel". 

Mobilité et adaptabilité

Cette évolution du monde du numérique va inévitablement conduire vers une mutation du marché du travail, notamment en détruisant une partie des métiers déjà existants, mais aussi en en créant d’autres. 

Des mutations auxquels les travailleurs de demain vont devoir s’adapter. Partant du principe que « la capacité à acquérir un nouveau savoir vaudra plus que le savoir déjà acquis », les auteurs de l’étude prévoient qu’en 2030, le travailleur sera indépendant, privilégiant souvent le freelance, et mobile, c’est-à-dire pouvant passer facilement d’un métier à un autre. 

Le Bureau du travail américain va dans ce sens, puisqu’il estime qu’en 2020, la moitié de la population américaine travaillera à son compte. Plus spectaculaire encore, il prévoit que les étudiants aujourd’hui auront déjà occupé 8 à 10 jobs différents d’ici… leurs 38 ans !