Dans moins de dix ans, la France pourrait compter près de 3 millions d’étudiants.

Avec une augmentation attendue de 350 000 jeunes dans l’enseignement supérieur, la France compterait 2,9 millions d’étudiants en 2025.  C’est ce que prévoit le ministère de l’éducation nationale dans une note publiée le 7 avril

L’évolution attendue s’explique par deux raisons : d’abord l’attrait de l’enseignement supérieur, qui attire depuis trois ans 30 000 à 40 000 étudiants supplémentaires par an, puis les pics de natalité de 2000, 2001 et 2006 qui créeront de nouvelles générations d’étudiants. 

Fortes augmentations en Sciences et Staps

C’est l’université qui serait le plus impactée par cette augmentation. Dans le détail, voici comment elles se répartirait :

Cette évolution se base sur le paysage éducatif actuel et est donc à prendre avec précaution. En effet, elle suppose que les règles d’admission dans l’enseignement supérieur ne changent pas d’ici 2025. Or, elles pourraient être très rapidement revues par le nouveau gouvernement. Certains candidats à l’élection présidentielle de 2017 proposent en effet de mettre en place une sélection en première année de licence, quand d’autres veulent réformer le bac ou encore encourager la poursuite d’études des filières technologiques et professionnelles en IUT ou STS.